Michel Euler

PARIS — Les voitures à essence pourraient être chassées des rues de Paris d’ici 2030.

La mesure controversée annoncée jeudi vise à combattre la pollution atmosphérique. La mairesse Anne Hidalgo planifie déjà d’ici 2024 la disparition des voitures au diesel des rues de la capitale, quand elle accueillera les Jeux olympiques d’été.

Le maire adjoint responsable des transports, Christophe Nadjovski, a déclaré jeudi sur les ondes de la radio France Info que «nous avons planifié cette sortie des véhicules thermiques (parce que) le temps presse tout simplement».

La plupart des Parisiens n’ont pas de voiture, mais les efforts de Mme Hidalgo pour rendre la ville plus verte en irritent quand même plusieurs — notamment quand elle a ajouté des pistes cyclables qui ont ralenti la circulation automobile autour de la Seine. Ses adversaires l’accusent d’avoir déclaré la guerre aux voitures.

Prudemment, la mairie de Paris a publié jeudi un communiqué dans lequel elle précise que l’échéancier de 2030 n’est pas une «interdiction» en soi, mais plutôt un objectif atteignable et réaliste. Le communiqué ajoute que la mairie continuera à discuter avec les résidants et les constructeurs automobiles au cours des prochains mois.

La pollution atmosphérique atteint parfois des niveaux si élevés à Paris que la ville est contrainte d’interdire la moitié des voitures et d’offrir le transport en commun gratuit pendant plusieurs jours.

Mme Hidalgo a mis en place différentes mesures pour combattre les problèmes: les voitures sont interdites sur les Champs-Élysées une fois par mois, et des flottes de vélos et de voitures électriques en libre-service sont offertes pour inciter la population à laisser leur véhicule à la maison.

En septembre 2016, les dirigeants de Paris ont décidé de fermer un tronçon de 3,5 kilomètres au centre-ville pour en faire une zone piétonne. Un an plus tard, une agence a constaté que cela n’a eu aucun impact sur l’exposition des Parisiens à la pollution de l’air.

En évoquant la date de 2030, Mme Hidalgo veut prendre le gouvernement français de vitesse, puisque le ministre de l’Environnement Nicolas Huot a dit vouloir éliminer toutes les voitures aux carburants fossiles d’ici 2040.

«Respecter ce calendrier national implique de fait une disparition du diesel et de l’essence dans les grandes villes à horizon 2030, puis dans un second temps dans les territoires ruraux», explique le communiqué de la mairie.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!