PÉKIN, Chine — Le Parti communiste doit jouer un rôle plus actif dans la société et le développement économique, afin de mieux affronter les défis «graves» auxquels est confrontée la Chine, a déclaré mercredi le président Xi Jinping lors de l’ouverture du congrès national, un événement qui ne se déroule que deux fois par décennie.

Prenant la parole dans le palais de l’Assemblée du Peuple, près de la place Tiananmen, M. Xi a présenté sa vision d’un Parti communiste qui serait l’avant-scène sur tous les plans, de la défense nationale à l’orientation morale des Chinois.

Adoptant un ton nationaliste pendant son discours, M. Xi a demandé au parti non seulement de protéger la souveraineté chinoise, mais aussi de revigorer la culture chinoise, de combattre l’idéologie «erronée» et de faire la promotion d’une religion «d’orientation chinoise».

Saluant le début d’une «nouvelle ère», M. Xi a demandé au Parti communiste de mener la Chine sur le chemin qui mènera à l’émergence «d’un grand pays socialiste moderne» d’ici le milieu du siècle.

Le pouvoir de M. Xi est absolu et on s’attend à ce qu’il obtienne un nouveau mandat de cinq ans comme chef du parti. Les analystes expliquent qu’il a consolidé son pouvoir en écrasant les cliques internes, notamment celles de son prédécesseur immédiat, Hu Jintao, et de l’ancien président Jiang Zemin, qui a récemment célébré son 91e anniversaire et qui jouirait toujours d’une influence considérable.

Les observateurs voudront aussi savoir si M. Xi mettra en évidence un successeur potentiel. Si la présidence du pays est limitée à deux mandats de cinq ans, le poste de chef du Parti communiste n’est encadré que par la tradition.

M. Xi a déclaré, pendant son discours de plus de trois heures, que les «perspectives (de la Chine) sont prometteuses, mais les défis sont graves», une rare reconnaissance des problèmes économiques qui frappent le pays. Il a ajouté que le parti devra prendre de grands risques et surmonter une «résistance importante».

M. Xi a promis l’accès universel à l’éducation secondaire et une amélioration du sort des fermiers. Il a salué la construction, par la Chine, d’îles artificielles en mer de Chine méridionale et le projet d’infrastructures qui vise à améliorer la connexion entre la Chine, l’Europe et l’Afrique.

Il a enfin salué l’emprise du parti sur la sécurité intérieure, en affirmant que la stabilité sociale a été maintenue et la sécurité nationale renforcée.

—————

À SURVEILLER

– L’inclusion de la théorie politique personnelle de M. Xi dans la constitution du Parti communiste serait un signe évident de son pouvoir. Un tel honneur a déjà été octroyé à des leaders comme Mao Zedong et Deng Xiaoping.

– Au moins quatre postes seront à combler au sein du tout-puissant Politburo. Combien de ces postes iront à des alliés «réformistes» de M. Xi, au détriment des factions internes du parti ou des entreprises d’État?

– L’émergence éventuelle d’un dauphin. M. Xi est âgé de 64 ans; il pourrait décider de faire place à un nouveau leader, tout en continuant à tirer les ficelles en coulisses.

– Les analystes éplucheront le discours de M. Xi à la recherche d’indices quant à la direction que prendra l’économie du pays.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!