AP

PROVIDENCE, R.I. — L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a empêché trois scientifiques de participer à une conférence, lundi, une décision condamnée par les chercheurs et les élus démocrates qui reprochent à l’organisation de censurer une discussion sur les changements climatiques.

Les scientifiques devaient discuter d’un rapport sur l’état de santé de la baie de Narragansett, le plus grand estuaire de la Nouvelle-Angleterre. Dans les conclusions du rapport de recherche de 500 pages, ses auteurs indiquent que les changements climatiques influent sur la température de l’air et de l’eau, les précipitations, le niveau de la mer et les poissons.

L’EPA n’a pas expliqué pourquoi les scientifiques se sont fait dire de ne pas parler, mais l’agence a précisé qu’elle appuyait le programme qui a publié le document, avec un financement annuel de 600 000 $. L’EPA est le seul organisme à financer le Narragansett Bay Estuary Program.

La porte-parole Nancy Grantham a ajouté que les scientifiques de l’EPA assistaient à l’événement, mais qu’ils ne présentaient rien étant donné qu’il ne s’agissait pas d’une conférence organisée par l’agence.

Thomas Borden, directeur du programme, a indiqué qu’un autre responsable de l’EPA, Wayne Munns, l’avait informé vendredi que deux employés de son laboratoire s’étaient fait conseiller de ne pas participer à la conférence. M. Munns n’a pas donné de détails sur les raisons de cette directive, mais M. Borden dit avoir compris qu’elle venait du bureau central de l’EPA à Washington.

Une autre consultante qui avait rédigé une partie importante du rapport s’est aussi fait dire de ne pas participer à la conférence, selon M. Borden.

Plusieurs personnes impliquées dans l’étude et des membres de l’assemblée législative de l’État ont qualifié cette décision de censure. Ils ont rappelé que l’administrateur de l’EPA, Scott Pruitt, rejetait le consensus scientifique sur les changements climatiques.

Lors d’une conférence pour la publication du rapport, John King, un professeur d’océanographie de l’Université du Rhode Island, et le dirigeant du comité scientifique du programme de l’estuaire ont suggéré que l’EPA faisait un test pour savoir si elle pouvait commencer à censurer la science.

«Notre travail est d’informer sur les politiques. Avec un peu de chance, elles peuvent devenir de bonnes politiques. Laissez-nous faire notre travail, sans crainte de perdre notre emploi», a-t-il lancé.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!