AP

SUTHERLAND SPRNGS, Texas — Un individu a tiré dimanche plusieurs coups de feu dans une église baptiste de Sutherland Springs, au Texas, tuant et blessant plusieurs personnes, ont indiqué les autorités.

Le shérif Joe Tackitt a annoncé que le tireur avait été abattu, rapporte le site internet du Wilson County News.

On ignore pour le moment le bilan des victimes. Une source policière a indiqué que le nombre des personnes tuées s’élevait à plus de 20.

La source, à qui des renseignements sur l’enquête en cours ont été donnés, a ajouté que le tireur s’était enfui dans un véhicule. L’individu est mort, soit qu’il s’est suicidé ou qu’il a été abattu par les forces de l’ordre. La source n’était pas autorisée à parler de l’enquête et a confié ces informations à l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat.

La source a ajouté que de 10 à 15 personnes ont été blessées. Il a toutefois souligné que ce bilan pourrait changer. Les autorités ignorent les motifs du meurtrier.

Parmi les victimes figure la fille de 14 ans du pasteur de la communauté, Frank Pomeroy. Dans un texto transmis à l’Associated Press, la femme du pasteur, Sherri Pomeroy, a écrit que son mari et elle étaient à l’extérieur du village au moment du drame, mais qu’ils ont perdu leur fille et «plusieurs amis». Elle a ajouté que tous deux tentaient de revenir chez eux.

Des agents de divers services fédéraux, dont des enquêteurs du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et explosifs (ATF) et du FBI, ont été dépêchés sur les lieux.

Une porte-parole d’un établissement de Floresville, à environ 16 km de l’église, a indiqué que plusieurs personnes souffrant de blessures provoquées par balles y avaient été transportées. Elle a refusé de préciser leur nombre, se contentant de dire qu’elles étaient moins d’une dizaine.

Certaines victimes ont aussi été transportées par hélicoptère médical au centre médical militaire Brooke, a indiqué une station de télévision locale.

Sutherland Springs est un village comptant environ 400 habitants. Il est situé à 48 km au sud-est de San Antonio.

Une femme vivant à environ 10 minutes de l’endroit a dit que tout le monde se connaissait dans ce petit village. «C’est horrible pour une petite ville où les liens sont tricotés serrés. Tout le monde sera affecté et tout le monde connaît quelqu’un qui sera affecté par cela», a commenté Alena Berlanga.

L’église est un petit immeuble en bois, peint en blanc. Elle devait accueillir un déjeuner communautaire, dimanche matin. Des cours du dimanche devaient être ensuite donnés. Une messe était prévue à l’horaire à 11 h. La nouvelle de la tuerie a commencé à circuler dans les médias entre 12 h et 12 h 30.

Regina Rodriguez s’est rendue à l’église quelques heures après la tuerie. Elle s’est rendue jusqu’au barrage policier. Elle a ensuite étreint la personne qui l’accompagnait. Mme Rodriguez était dans un parc d’attractions avec ses enfants lorsqu’elle a appris la nouvelle.

Elle a raconté que son père, Richard Rodriguez, allait à l’église le dimanche. N’ayant pu lui parler depuis le drame, elle dit craindre le pire.

Nick Uhlig, un membre de la communauté, n’était pas à l’église dimanche matin parce qu’il était sorti tard la veille. Selon ce qu’a appris sa famille, au moins une de ses cousines, mère de trois enfants et enceinte d’un quatrième, aurait été tuée. Il ne connaissait pas le sort de deux autres membres de sa famille.

«On a enterré leur grand-père, jeudi, a-t-il raconté. C’est la seule église ici. On y étudie la bible. Quelqu’un est arrivé et a commencé à tirer».

Depuis l’Asie, où il effectue un voyage officiel, le président des États-Unis, Donald Trump, écrit un micromessage sur son compte Twitter pour dire qu’on le tenait au courant de la situation. «Que Dieu accompagne les gens de Sutherland Springs, Texas», a-t-il rédigé.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!