Nick Wagner Nick Wagner / The Associated Press

SUTHERLAND SPRNGS, Texas — Un individu a tiré dimanche plusieurs coups de feu dans une église de Sutherland Springs, au Texas, tuant au moins 26 personnes et en en blessant une vingtaine d’autres, a indiqué le gouverneur de l’État, Greg Abbott.

Il s’agit de la pire tuerie de masse de l’histoire du Texas.

Les autorités n’ont pas révélé l’identité du tueur au cours d’une conférence de presse, dimanche soir. Elles se sont contentées de dire qu’il était un homme blanc âgé de la vingtaine.

Toutefois, deux sources au fait de l’enquête, l’une policière et l’autre fédérale, ont révélé à l’Associated Press qu’il se nommerait Devin Kelley. Selon la source fédérale, Kelley demeurait en périphérie de San Antonio et ne semble pas s’être lié à une organisation terroriste. Les enquêteurs étudient les messages publiés par l’individu sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours. Il a notamment publié l’image d’une arme semi-automatique AR-15.

Une porte-parole de l’Armée de l’air des États-Unis a dit que le suspect a déjà servi au sein de ses rangs. Il a déjà été affecté au Nouveau-Mexique de 2010 à sa démobilisation. Il a été jugé en cour martiale en 2012 et chassé de l’armée deux ans plus tard.

Ann Stefanek a indiqué que Devin P. Kelley avait été accusé de voie de fait contre son épouse et son enfant. Il a libéré de l’armée pour inconduite, a été emprisonné pendant 12 mois et déchu de son rang.

La date et les raisons de son départ de l’armée n’ont pas encore été dévoilées.

Le Pentagone a aussi confirmé que Kelley a été un aviateur «à un certain moment», sans donner plus de précisions.

Le direction régional du ministère de la Sécurité publique, Freeman Martin, a raconté que le tueur était vêtu de noir, portait un équipement tactique et un gilet pare-balles quand il est arrivé dans une station-service voisine où il a laissé son véhicule vers 11 h 20 .

Il a traversé la rue pour se rendre à l’église et a ouvert le feu avec un fusil d’assaut Ruger AR. Puis, il est entré à l’intérieur de l’immeuble et a poursuivi le tir.

Après qu’il eut quitté l’église, l’homme a été pourchassé par un civil armé non identifié. Le suspect a été retrouvé mort dans son véhicule près de la frontière, entre les comtés de Wilson et Guadalupe. On ignore s’il s’est suicidé ou s’il a été abattu par les forces de l’ordre.

Des agents de divers services fédéraux, dont des enquêteurs du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et explosifs (ATF) et du FBI, ont été dépêchés sur les lieux.

M. Freeman a déclaré que les enquêteurs n’étaient pas encore prêts à discuter des motifs du tueur. Il a révélé que l’âge des victimes variant de 5 à 72 ans. Vingt-trois des 26 morts ont été tués dans l’église, deux autres ont été retrouvés à l’extérieur du bâtiment. Le 26e est décédé à l’hôpital.

Parmi les victimes figure la fille de 14 ans du pasteur de la communauté, Frank Pomeroy. Dans un texto transmis à l’Associated Press, la femme du pasteur, Sherri Pomeroy, a écrit que son mari et elle étaient à l’extérieur du village au moment du drame, mais qu’ils ont perdu leur fille et «plusieurs amis». Elle a ajouté que tous deux tentaient de revenir chez eux.

Une porte-parole d’un établissement de Floresville, à environ 16 km de l’église, a indiqué que plusieurs personnes souffrant de blessures provoquées par balles y avaient été transportées. Elle a refusé de préciser leur nombre, se contentant de dire qu’elles étaient moins d’une dizaine.

Certaines victimes ont aussi été transportées par hélicoptère médical au centre médical militaire Brooke, a indiqué une station de télévision locale.

Sutherland Springs est un village comptant environ 400 habitants. Il est situé à 48 km au sud-est de San Antonio.

Une femme vivant à environ 10 minutes de l’endroit a dit que tout le monde se connaissait dans ce petit village. «C’est horrible pour une petite ville où les liens sont tricotés serrés. Tout le monde sera affecté et tout le monde connaît quelqu’un qui sera affecté par cela», a commenté Alena Berlanga.

L’église est un petit immeuble en bois, peint en blanc. Elle devait accueillir un déjeuner communautaire, dimanche matin. Des cours du dimanche devaient être ensuite donnés. Une messe était prévue à l’horaire à 11 h. La nouvelle de la tuerie a commencé à circuler dans les médias entre 12 h et 12 h 30.

Regina Rodriguez s’est rendue à l’église quelques heures après la tuerie. Elle s’est rendue jusqu’au barrage policier. Elle a ensuite étreint la personne qui l’accompagnait. Mme Rodriguez était dans un parc d’attractions avec ses enfants lorsqu’elle a appris la nouvelle.

Elle a raconté que son père, Richard Rodriguez, allait à l’église le dimanche. N’ayant pu lui parler depuis le drame, elle dit craindre le pire.

Nick Uhlig, un membre de la communauté, n’était pas à l’église dimanche matin parce qu’il était sorti tard la veille. Selon ce qu’a appris sa famille, au moins une de ses cousines, mère de trois enfants et enceinte d’un quatrième, aurait été tuée. Il ne connaissait pas le sort de deux autres membres de sa famille.

«On a enterré leur grand-père, jeudi, a-t-il raconté. C’est la seule église ici. On y étudie la bible. Quelqu’un est arrivé et a commencé à tirer».

Depuis l’Asie, où il effectue un voyage officiel, le président des États-Unis, Donald Trump, écrit un micromessage sur son compte Twitter pour dire qu’on le tenait au courant de la situation. «Que Dieu accompagne les gens de Sutherland Springs, Texas», a-t-il rédigé.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est dit «attristé que tant de personnes aient été tuées ou blessées lors d’un acte d’une violence effroyable et insensée contre des gens innocents, au Texas». Il a ensuite offert ses «sincères condoléances» aux familles et amis des personnes tuées.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!