PARIS — Un incident survenu dans des installations russes est probablement responsable de la hausse de la radioactivité mesurée au-dessus de l’Europe, a indiqué jeudi l’agence française de sécurité nucléaire.

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a précisé que les émanations de ruthénium 106 ne présentaient aucun risque pour l’environnement ou la santé.

L’agence ajoute que les émanations provenaient probablement du secteur compris entre le fleuve Volga et les monts Oural. Elle suggère des inspections aléatoires des aliments par mesure de précaution.

Le rapport publié jeudi par l’IRSN évoque un incident qui se serait produit à la fin du mois de septembre, et qui aurait mis en cause du carburant nucléaire ou la production de matériaux radioactifs. L’agence française précise que le ruthénium ne s’est probablement pas échappé d’un réacteur nucléaire, car d’autres éléments auraient alors été aussi détectés.

L’agence allemande de sécurité nucléaire a indiqué la semaine dernière que des niveaux élevés de ruthénium ont été mesurés en Allemagne, en Italie, en Autriche, en Suisse et en France depuis le 29 septembre, mais qu’ils ne menacent pas la santé publique.

La Russie a rapidement assuré ne pas être à l’origine des fuites.

La radioactivité aurait atteint un sommet à la fin du mois de septembre et au début du mois d’octobre, mais ne serait plus mesurable dans l’atmosphère de l’Europe.

Le ruthénium 106 est utilisé en radiothérapie pour le traitement de tumeurs aux yeux. Il sert parfois de carburant nucléaire pour les satellites.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!