Jorge Silva Jorge Silva / The Associated Press

HANOI, Viêtnam — Le président Donald Trump dit croire le président russe, Vladimir Poutine, quand celui-ci affirme que Moscou n’a pas fait d’ingérence lors de la dernière élection présidentielle américaine. Toutefois, Donald Trump dit aussi croire les agences américaines de renseignement, qui ont conclu que la Russie a interféré dans l’élection.

«Je crois qu’il a l’impression que la Russie et lui ne se sont pas mêlés des élections», a déclaré Donald Trump lors d’une conférence de presse avec le président vietnamien, Tran Dai Quang, à Hanoi.

«Puisqu’elles sont actuellement dirigées par de bonnes personnes, je crois beaucoup en nos agences de renseignement», a ensuite ajouté M. Trump.

Les services du renseignement des États-Unis ont conclu à l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle pour aider le candidat républicain à vaincre la démocrate Hillary Clinton.

Samedi, le président des États-Unis avait affirmé que son homologue russe avait de nouveau nié s’être immiscé dans les élections américaines de 2016 durant leurs discussions en marge du sommet de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC).

M. Trump avait soutenu que les allégations d’ingérence russe constituaient une «barrière artificielle» érigée par les démocrates, remettant une fois de plus en question les conclusions des services du renseignement américain.

Alors qu’il se rendait à Hanoi, Donald Trump avait dit aux journalistes que Valdimir Poutine n’avait fait aucune ingérence dans l’élection.

«Chaque fois qu’il me voit, il dit: « Je n’ai pas fait ça ». Je crois vraiment que quand il me dit cela, il le pense», avait déclaré M. Trump.

Au cours de la conférence de presse à Hanoi, dimanche, Donald Trump a réitéré son point de vue selon lequel il est crucial pour les États-Unis de s’entendre avec la Russie. M. Trump a même semblé suggérer qu’il était temps de lever les sanctions adoptées par le Congrès contre la Russie en représailles aux ingérences électorales.

«Il est maintenant temps de revenir à la guérison d’un monde meurtri», a déclaré M. Trump.

Le président américain était dans la capitale vietnamienne pour une brève visite officielle, qui incluait une rencontre avec Tran Dai Quang au palais présidentiel.

Donald Trump en a profité pour refaire pression sur ses homologues chinois et russe au sujet de la Corée du Nord.

«La situation en Corée du Nord continue d’être un problème. Je pense que le président Xi Jinping sera d’une grande aide et j’espère que la Russie sera également d’une grande aide, car je crois qu’ils peuvent faire une grande différence».

Aucune rencontre officielle n’a eu lieu entre MM. Trump et Poutine durant le sommet de l’APEC à Danang, au Vietnam. Les deux hommes ont toutefois discuté de manière informelle à plusieurs reprises durant l’événement et conclu une entente concernant l’avenir de la Syrie, maintenant que Daech (le groupe armé État islamique) a plus ou moins été chassé du pays déchiré par la guerre.

Donald Trump a ajouté que la question de la présumée ingérence russe lors des élections nuit aux relations entre les dirigeants et à leur capacité à travailler ensemble pour faire avancer des dossiers importants comme le programme d’armement nucléaire de la Corée du Nord ou le conflit en Syrie.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!