Charles Sykes/Associated Press Harvey Weinstein

LOS ANGELES — Les allégations de harcèlement sexuel et d’agression portées contre Harvey Weinstein n’ont pas seulement ébranlé les fondations de Hollywood: leurs répercussions sont ressenties partout dans le monde, dans tous les domaines.

Alimentées par les femmes, et les hommes, qui se sont levés, les ondes de choc de l’«effet Weinstein» se propagent à la surface du globe.

Près de la moitié des dénonciations «#moiaussi» (#metoo) lancées depuis le début de cette affaire provenaient de l’extérieur des États-Unis et des allégations concernant des gestes qui auraient été posés il y a des décennies ont fait tomber certains des hommes les plus puissants de ces pays.

Voici un aperçu des principales répercussions, du Royaume-Uni au Pérou en passant par Israël… et le Canada.

————

ROYAUME-UNI

Dans la foulée immédiate des révélations Harvey Weinstein, le gouvernement britannique de la première ministre Theresa May a été ébranlé par une succession d’allégations de harcèlement qui ont coûté son poste au ministre de la Défense Michael Fallon et menacent maintenant le vice-ministre des Affaires étrangères Damian Green, un allié crucial de la première ministre.

Les accusations ont été formulées par des employées du Parlement et des journalistes. Certaines prétendent que les partis politiques concernés ont choisi de ne rien faire ou les ont découragées de s’adresser à la police. Les allégations vont de gestes déplacés — comme une main sur le genou d’une journaliste — au viol.

Au moins une affaire dont les détails sont gardés secrets concerne un parlementaire et a été confiée aux policiers. Des accusations sont possibles.

Une jeune militante du Parti conservateur accuse M. Green — qui occupe de fait le poste de vice-premier ministre — de l’avoir touchée de manière inappropriée et de lui avoir envoyé des textos indésirables. Un ancien policier affirme que de la «pornographie extrême» a été retrouvée dans l’ordinateur du politicien en 2008. M. Green nie tout et crie au salissage.

Au Pays-de-Galles, le parlementaire travailliste Carl Sergeant s’est apparemment suicidé après avoir été viré dans la foulée d’allégations de harcèlement. Sa famille prétend qu’il n’a jamais été informé de la nature exacte de ce qu’on lui reprochait.

—————-

ISRAËL

Le scandale a rejoint Israël plus tôt ce mois-ci quand la journaliste Oshrat Kotler a affirmé en ondes qu’Alex Gilady — un baron de la presse et membre du Comité international olympique — lui a fait une proposition indécente lors d’une entrevue d’emploi il y a 25 ans. Une autre journaliste, Neri Livneh, a ensuite accusé M. Gilady de s’être exhibé à elle en 1999, puis deux femmes l’ont accusé de les avoir violées.

M. Gilady a nié les allégations de viol et dit ne pas se souvenir de l’incident avec Mme Kotler, mais il a avoué que Mme Livneh a «essentiellement raison», et il lui a offert ses excuses. L’homme de 74 ans a démissionné de l’empire médiatique qu’il a fondé et le CIO enquête.

Un habitué de la scène médiatique israélienne, Gabi Gazit, a minimisé toute l’affaire en ondes. La journaliste Dana Weiss l’a alors immédiatement accusé de l’avoir embrassée à plusieurs reprises contre son gré. M. Gazit a tout nié, mais trois femmes ont raconté des histoires similaires et M. Gazit a dû se retirer des ondes.

«Weinstein a arraché le bandage que plusieurs femmes avaient placé sur les blessures et les cicatrices qu’elles portaient dans plusieurs secteurs toujours dominés par les hommes, a dit Mme Weiss à l’Associated Press. Ce n’est pas une vengeance, mais une occasion de réforme sociale.»

Un journaliste israélien à la retraite bien connu, Haim Yavin, est lui aussi accusé de comportement inappropriés. Il n’a pas encore réagi.

—————

ITALIE

En Italie, l’affaire Weinstein défraie la chronique depuis le premier jour puisque l’actrice Asia Argento compte parmi les femmes qui ont dénoncé un des hommes les plus puissants de Hollywood.

Si la presse italienne lui a tout d’abord reproché d’avoir parlé, le scandale a depuis pris une toute autre direction. Dix femmes affirment maintenant avoir été molestées par Fausto Brizzi, un cinéaste bien en vue. Ce dernier nie toute relation sexuelle non consentante.

Mardi, la branche italienne du studio Warner Bros a suspendu toute collaboration avec M. Brizzi, même si son film «Poor But Rich» prendra quand même l’affiche le 14 décembre. Warner Bros dit prendre les allégations contre lui au sérieux et assure vouloir offrir un environnement de travail sécuritaire, mais explique qu’il serait injuste pour tous ceux qui ont travaillé à ce film d’en annuler la sortie.

————

FRANCE

La police française rapporte une augmentation des plaintes pour violence sexuelle et harcèlement dans la foulée de l’affaire Harvey Weinstein.

Un responsable de la gendarmerie française a dit que le nombre de plaintes est en hausse de 30% cette année par rapport à l’an dernier, surtout en octobre.

La gendarmerie est responsable de la sécurité à l’extérieur des centres urbains. Les données urbaines ne sont pas disponibles, mais le rapport de la gendarmerie survient au moment où les Françaises dénoncent de plus en plus les agressions passées en réaction à la situation aux États-Unis.

Le gouvernement français étudie de son côté un projet de loi qui définirait un âge minimum pour le consentement sexuel, sur fond de colère face à la clémence dont profiteraient plusieurs violeurs d’enfants. La ministre de la Justice a dit lundi que 13 ans pourrait être un âge raisonnable.

————–

CANADA

Le fondateur du Festival Juste pour Rire, Gilbert Rozon, a récemment démissionné de la présidence de l’organisation après avoir été accusé de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle par une dizaine de femmes, dont les animatrices Julie Snyder et Pénélope McQuade.

M. Rozon a démissionné de ses fonctions de président du festival, de vice-président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et de commissaire aux célébrations du 375e de Montréal.

Le producteur s’est dit «ébranlé par les allégations» le concernant. «Je me retire par respect pour les employés et les familles qui travaillent pour ces organisations ainsi que tous nos partenaires», a indiqué M. Rozon par voie de communiqué.

Gilbert Rozon n’a pas offert davantage d’explications. «À toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé», écrit-il en conclusion de son message.

L’animateur Éric Salvail a quant à lui été chassé des ondes par des allégations similaires.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!