The Associated Press

Le président John F. Kennedy a été assassiné le 22 novembre 1963, au moment où il visitait Dallas en compagnie de son épouse.

Un photographe de l’Associated Press, James «Ike» Altgens, se trouvait à proximité du président, et il a transmis l’information au chef de bureau de l’AP à Dallas, Bob Johnson, qui a rédigé et transmis la première dépêche de l’AP concernant le meurtre.

Cette dépêche se lit: «Le président Kennedy a été abattu aujourd’hui au moment où son convoi quittait le centre-ville de Dallas. Mme Kennedy s’est levée rapidement et a agrippé M. Kennedy. Elle a crié, ‘Oh non’. Le convoi a accéléré.»

L’Associated Press retransmet une dépêche publiée un peu plus tard. La version originale est offerte, y compris le premier paragraphe erroné où on lit que M. Kennedy était le 36e président des États-Unis au lieu du 35e.

——————–

DALLAS, TX. NOV. 22 (AP) — Le président John F. Kennedy, le 36e président des États-Unis, a été tué aujourd’hui par un assassin embusqué à l’aide d’une arme longue puissante.

Kennedy, 46 ans, a survécu environ une heure après avoir été atteint par le tireur, au moment où sa limousine quittait le centre-ville de Dallas.

Le fardeau de la présidence a automatiquement été transmis au vice-président Lyndon B. Johnson, un homme originaire du Texas qui se trouvait deux voitures derrière celle du président. On ne sait pas encore à quel moment Johnson prêtera serment.

Kennedy est mort à l’hôpital Parkland, où son corps troué par une balle avait été frénétiquement transporté pour tenter, en vain, de lui sauver la vie.

Le gouverneur du Texas, John Connally, se trouvait au même hôpital après avoir été blessé lors de la fusillade qui a coûté la vie au plus jeune homme jamais élu à la présidence.

Connally et sa femme prenaient place avec le président et Mme Kennedy. La première dame des États-Unis a tenu la tête ensanglantée de son mari dans ses bras pendant que la limousine présidentielle se précipitait vers l’hôpital.

«Oh non», répétait-elle en pleurant.

Connally s’est effondré dans son siège près du président.

La police a ordonné une fouille sans précédent de la ville, à la recherche de l’assassin.

Les policiers croient que les tirs mortels sont l’oeuvre d’un homme blanc âgé d’une trentaine d’années, mince, qui pèse environ 165 livres et qui mesure environ 5 pieds et 10 pouces.

L’arme utilisée serait une carabine 30-30.

Kennedy a reçu l’extrême onction de l’Église catholique romaine peu de temps avant l’annonce de son décès. Il était le premier président catholique romain de l’histoire des États-Unis.

Pendant que deux membres du clergé se tenaient à proximité du président blessé dans la salle d’urgence de l’hôpital, les médecins et les infirmières lui donnaient du sang.

Kennedy est mort vers 13 h, heure locale, après avoir été atteint d’une balle au cerveau, a annoncé le porte-parole intérimaire de la Maison-Blanche, Malcolm Kilduff.

Le nouveau président, Lyndon Johnson, et sa femme ont quitté l’aéroport une demi-heure plus tard. Les journalistes n’ont pas pu les questionner.

L’horreur de l’assassinat a été reflétée par le récit du sénateur Ralph Yarborough, un démocrate du Texas, qui se trouvait trois voitures derrière celle de Kennedy.

«On savait que quelque chose d’horrible et de tragique venait de se produire», a-t-il dit aux journalistes avant l’annonce de la mort de Kennedy. La voix chancelante et les yeux rougis, Yarborough a dit:

«Je pouvais voir un agent des services secrets dans la voiture du président qui s’appuyait sur la voiture avec ses mains en colère, en angoisse et en désespoir. C’est à ce moment que j’ai compris que quelque chose de tragique s’était produit.»

Yarborough a compté trois coups de feu au moment où la limousine présidentielle quittait le centre-ville de Dallas. Les tirs provenaient d’en haut — possiblement d’un des ponts ou d’un immeuble voisin.

Un témoin, le journaliste Mal Couch, a dit avoir vu une arme émerger d’un étage supérieur d’un entrepôt qui offrait une vue parfaite de la voiture présidentielle.

Kennedy est le premier président à être assassiné depuis William McKinley en 1901.

Il est le premier président à mourir au pouvoir depuis que Franklin Roosevelt a succombé à une hémorragie cérébrale à Warm Springs, en Géorgie, en avril 1945.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!