AFP PHOTO/LEON NEAL

ROME — Facebook s’est excusé à la famille du «parrain des parrains» de la mafia italienne d’avoir effacé les messages de condoléances mis en ligne depuis son décès la semaine dernière.

Un porte-parole de Facebook a dit à l’Associated Press que les messages mis en ligne sur la page du gendre de Salvatore «Toto» Riina ont été retirés par erreur, quand des internautes se sont plaints qu’ils contrevenaient aux normes de Facebook. Après les avoir examinés, Facebook s’est excusé et les a remis en ligne, a indiqué le porte-parole de la compagnie tard mardi.

Le porte-parole n’a pas fourni plus de détails, mais les normes de Facebook interdisent d’appuyer les groupes violents, criminels ou terroristes. Les règles stipulent qu’il est interdit «d’appuyer ou de louanger» les leaders de ces organisations, ou de célébrer leurs activités violentes.

Les pages Facebook de la fille de Riina, Maria Concetta Riina, et de son mari Antonino Tony Ciavarello ont été inondées de condoléances — comme «Buon viaggio zio Totò», ou «Bon voyage oncle Toto» —, mais aussi de dénonciations de ses crimes.

Facebook a formulé ses excuses au moment où les restes de Riina arrivaient en Sicile après son décès le 17 novembre à Parme, où il purgeait 26 peines de prison à vie pour avoir orchestré l’élimination sanglante de ses rivaux et de ceux qui essayaient de faire tomber la Cosa Nostra.

La famille l’a enterré lors d’une cérémonie privée dans le cimetière de Corleone, le véritable fief mafieux rendu célèbre par les films «Le parrain».

La cérémonie privée — et la controverse sur les réseaux sociaux — met en évidence la complexité du deuil des familles de mafiosi, à qui l’Église catholique interdit normalement d’organiser des funérailles publiques qui ne feraient que cimenter leur pouvoir.

«On doit considérer que Toto Riina est un pécheur évident qui ne s’est jamais repenti publiquement et sincèrement pour ses crimes», a dit à la presse locale l’archevêque Michele Pennisi, qui est responsable de Corleone.

Si des funérailles publiques sont interdites, un prêtre pourra offrir une prière privée à la famille, un geste de «piété chrétienne», a-t-il ajouté.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!