SANAA, Yémen — La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite affrontant des rebelles chiites au Yémen a affirmé mercredi qu’elle rouvrirait l’accès humanitaire à l’aéroport principal du pays et à un port vital de la mer Rouge, assouplissant un blocus imposé après le tir d’un missile par les rebelles sur la capitale saoudienne plus tôt ce mois-ci.

L’assouplissement doit prendre forme jeudi.

L’aéroport dans la capitale du Yémen, Sanaa, serait de nouveau accessible pour les avions des Nations unies, et le port de Hodeida serait ouvert pour l’acheminement d’aide humanitaire urgente, a indiqué par communiqué la coalition.

Le port de Salef devrait aussi rouvrir, a affirmé le porte-parole adjoint de l’ONU, Farhan Haq, à New York, selon des informations obtenues par des responsables onusiens et politiques auprès de leurs homologues saoudiens.

Néanmoins, on ignorait dans l’immédiat si les activités portuaires reviendraient aux niveaux ayant précédé le blocus.

Des officiels de l’ONU ont accueilli la décision avec prudence.

«Il s’agit de bonnes nouvelles, mais nous attendons encore de voir les détails», a dit Jamie McGoldrick, le responsable humanitaire de l’ONU pour le Yémen.

M. Haq a affirmé que l’ONU suivait la situation de près et avait indiqué clairement «les besoins considérables sur le terrain».

En entrevue peu avant l’annonce de la coalition, M. McGoldrick a affirmé à l’Associated Press qu’un blocus constant augmenterait la vulnérabilité d’une population déjà grandement éprouvée par le choléra et la famine.

Le risque est immédiat pour des millions de personnes au Yémen si l’aide alimentaire et la fourniture de carburant pour pomper de l’eau potable sont interrompues, a-t-il souligné.

Environ 7 millions de personnes au Yémen — sur une population de 27 millions — dépendent entièrement de l’aide alimentaire, et 4 millions de personnes n’ont pas accès à de l’eau potable sans l’apport de groupes d’aide.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!