AP

BAGDAD — Les frappes aériennes menées par la coalition américaine dans le cadre de la campagne contre Daech (le groupe armé État islamique) en Irak et en Syrie ont coûté la vie à au moins 801 civils, selon un rapport du Pentagone rendu public jeudi.

Cinq frappes aériennes de plus ont été examinées en Syrie au cours du dernier mois, et elles auraient causé la mort de 15 civils, selon le document.

Des groupes de militants prétendent toutefois que le bilan réel des victimes civiles est nettement plus lourd que celui évoqué par le Pentagone.

L’organisation londonienne Airwars, qui compile un bilan civil des opérations contre Daech, prétend que les frappes de la coalition ont fait plus de 5000 victimes civiles en Irak et en Syrie depuis août 2014.

La majorité des civils auraient été tués en Syrie. Le Pentagone dit examiner 695 autres victimes possibles, dont plus de 400 en Syrie.

Les forces syriennes soutenues par les États-Unis ont repris le contrôle de la ville de Raqqa des mains de Daech en octobre et ont chassé, dans les semaines suivantes, les combattants de Daech en dehors d’une bande de territoires le long de la vallée de l’Euphrate.

Chaque enquête ayant obtenu une allégation crédible a déterminé qu’il était «plus probable que non» que la frappe de la coalition soit responsable d’un décès civil, mentionne le rapport.

«Même si toutes les précautions possibles ont été prises et que la décision de frapper respecte toutes les lois sur les conflits armés, des décès civils non intentionnels ont malheureusement eu lieu», ajoute le Pentagone.

Les frappes aériennes de la coalition américaine sont reconnues pour alimenter les avancées des forces au sol irakiennes et syriennes contre Daech. Depuis que les frappes aériennes de la coalition ont débuté en août 2014, les territoires contrôlés par Daech ont été réduits à quelques poches de résistance dans le désert le long de la frontière entre l’Irak et la Syrie.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!