PARIS — Alors qu’il accueillait un sommet international sur le climat, mardi, le président français Emmanuel Macron a déclaré que le monde était en train de «perdre la bataille» des changements climatiques parce que les pays n’implantent pas assez rapidement les cibles de l’accord de Paris, conclu il y a deux ans.

M. Macron, qui recevait les représentants de 164 pays à l’Élysée, a tenté de démontrer l’urgence de respecter les cibles fixées à Paris en 2015.

Dans ce contexte, le retrait des États-Unis de l’accord est une «très mauvaise nouvelle», a-t-il soutenu.

La Banque mondiale a profité de l’événement pour annoncer une initiative qui a été applaudie par les environnementalistes.

Son président, Jim Yong Kim, a affirmé que l’organisation ne financerait plus les projets d’hydrocarbures d’ici deux ans.

Lors de son allocution, Jim Yong Kim a déclaré que la Banque mondiale n’investirait plus dans projets d’exploration et d’extraction de pétrole et de gaz après 2019, sauf dans des «circonstances exceptionnelles» dans les pays les plus pauvres où il y aurait des avantages manifestes.

Ces projets devront se conformer aux cibles établies dans l’accord de Paris.

Au Québec, l’organisme Équiterre a qualifié cette mesure «d’historique», étant donné que la Banque mondiale a investi 1 milliard $ par an dans des projets d’hydrocarbures au cours des dernières années.

D’éminents détracteurs du président américain Donald Trump étaient présents à la rencontre sur le climat, dont le gouverneur de la Californie, Jerry Brown.

Ce dernier a dit au président Trump de combattre les changements climatiques ou de «se pousser du chemin» pour laisser les autres travailler.

Il y avait aussi l’acteur et ancien gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger. «Les États-Unis ne se sont pas retirés de l’accord de Paris. Donald Trump a retiré Donald Trump de l’accord de Paris», a-t-il souligné devant des étudiants français qui étaient présents à la conférence.

«Nous complèterons notre marathon et allons créer un avenir à l’énergie verte», a-t-il ajouté.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!