PARIS — Quatre enfants ont été tués et onze personnes ont subi des blessures graves lorsqu’un autobus scolaire et un train régional sont entrés en collision dans le sud de la France, jeudi, en fin de journée.

Des photos diffusées par une station de télévision locale montrent le train sorti de ses rails, l’autobus sectionné en deux et les premiers répondants en action.

Le premier ministre français Édouard Philippe s’est rendu sur les lieux de l’accident, jeudi soir. Il a fait savoir que les autorités ne connaissaient toujours pas la cause de la tragédie.

M. Philippe a confirmé que deux enquêtes avaient été ouvertes sur le drame qui a coûté la vie à quatre enfants, en plus de blesser un total de 20 personnes, dont onze grièvement.

La collision s’est produite à un passage à niveau du village de Millas, à environ 15 kilomètres à l’ouest de Perpignan, près de la frontière avec l’Espagne.

«L’ensemble des secours est extrêmement mobilisé et tous les blessés sont pris en charge par des équipes compétentes», a déclaré le premier ministre. Tous les blessés ont été transportés à l’hôpital à Perpignan.

La collision est survenue vers 16 h, heure locale, au moment où les enfants rentraient chez eux à la fin des classes.

En point de presse, le premier ministre a dit comprendre l’angoisse des familles et vouloir leur apporter des réponses rapidement, mais a précisé que le processus d’identification était difficile.

Pas de problème au passage à niveau

Selon les autorités de la Société nationale des chemins de fer (SNCF), des témoins ont affirmé que les barrières du passage à niveau fonctionnaient normalement. La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, a déclaré à la chaîne France-Info qu’«il semble qu’il n’y avait aucun problème mécanique au passage à niveau».

L’autobus transportait des enfants qui rentraient à la maison après avoir quitté l’école Christian Bourquin à Millas. Il transportait 20 enfants âgés de 11 à 15 ans, ont précisé les autorités locales.

La ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, et le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, se sont aussi déplacés sur les lieux, jeudi soir, où se trouvaient 70 pompiers, 10 ambulances et quatre hélicoptères.

«La France est en deuil», a écrit le ministre Blanquer sur son fil Twitter.

Le président français Emmanuel Macron a lui aussi réagi sur Twitter. «Toutes mes pensées pour les victimes de ce terrible accident d’un bus scolaire et pour leurs familles», a-t-il écrit.

Des services de soutien psychologique seront offerts dans un centre sportif local à compter de vendredi matin.

Une représentante de la SNCF a précisé à l’Associated Press que le train comptait 25 personnes à bord, incluant le personnel. Tous ont reçu une offre de soutien psychologique.

Selon cette responsable, «plusieurs témoins ont dit que la barrière était abaissée» au moment de l’accident. Elle ajoute que les personnes à bord du train étaient «complètement bouleversées».

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!