WASHINGTON — La Corée du Nord est responsable de l’attaque au rançongiciel qui a infecté des centaines de milliers d’ordinateurs au mois de mai et paralysé une partie du système britannique de santé, accusent des responsables américains.

Dans une lettre ouverte publiée tard lundi par le Wall Street Journal, le conseiller à la sécurité nationale Tom Bossert écrit que Pyongyang était «directement responsable» de cette attaque et que la Corée du Nord aura des comptes à rendre.

M. Bossert ajoute que cette conclusion s’appuie sur des éléments de preuve et qu’elle a été validée par d’autres gouvernements et des compagnies, comme le Royaume-Uni et Microsoft.

Le virus WannaCry a infecté des centaines de milliers d’ordinateurs au mois de mai, réclamant une rançon pour déverrouiller les documents qu’il avait pris en otage. La cyberattaque avait paralysé des hôpitaux d’un bout à l’autre du Royaume-Uni.

Les gouvernements de pays comme la Russie, l’Espagne et plusieurs autres avaient été touchés, tout comme des universités asiatiques, le transporteur ferroviaire national allemand et des compagnies comme les constructeurs automobiles Nissan et Renault.

Le virus exploitait une vulnérabilité dans une ancienne version du système d’exploitation Windows.

L’attaque a pris fin quand un pirate informatique britannique, Marcus Hutchins, a découvert et activé un «coupe-circuit» camouflé dans le code du virus.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!