TOKYO — Les autorités japonaises ont perquisitionné les sièges sociaux de quatre des plus grandes entreprises de construction du pays, relativement à un projet de train à sustentation magnétique de plusieurs milliards de dollars.

Les quatre firmes sont soupçonnées d’avoir truqué les offres présentées en lien avec ce projet cher au premier ministre Shinzo Abe.

Les quatre entreprises visitées mardi sont Taisei, Obayashi, Shimizu et Kajima.

Tous les sous-traitants ont promis de collaborer pleinement avec l’enquête.

Le projet de «train flottant» de 80 milliards $ US entre Tokyo et Nagoya devrait réduire à seulement 40 minutes le temps de déplacement entre les deux villes au moment de son ouverture, en 2027. Le lien ferroviaire serait éventuellement prolongé jusqu’à Osaka.

Les travaux sont effectués principalement par des coentreprises dirigées par ces quatre compagnies, qui sont soupçonnées de s’être entendues pour assurer que chacune obtiendrait une part égale des contrats.

Le truquage d’offres demeure une pratique courante au Japon.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!