Laurent Gillieron Laurent Gillieron / The Associated Press

GENÈVE, Suisse — Plus de 90 pour cent des experts interrogés en marge du Forum économique mondial s’inquiètent d’une escalade des confrontations économiques et politiques entre les puissances de la planète, dans un contexte de «politiques orchestrées par des hommes forts charismatiques».

Le Forum économique mondial, qui organise la rencontre annuelle qui s’ouvrira à Davos la semaine prochaine, évoque «une détérioration de la scène géopolitique» et une augmentation des cybermenaces pour expliquer le pessimisme de cette année — des problèmes qui s’ajoutent aux préoccupations existantes et persistantes concernant l’environnement.

Le rapport Global Risks 2017 publié mercredi découle d’une enquête menée auprès d’un millier d’experts et de décideurs issus du milieu des affaires, académique et autres, concernant une trentaine de risques sur un horizon de dix ans. Le rapport souligne qu’une relance de l’économie peut régler certains problèmes, mais il met aussi en garde contre des problèmes de plus en plus complexes.

Le Zurich Insurance Group a collaboré à ce rapport. Sa responsable du risque, Alison Martin, a expliqué mercredi, lors d’une conférence de presse à Londres, que les menaces mondiales sont tellement interreliées aujourd’hui «qu’elles peuvent menacer les systèmes sur lesquels s’appuient nos sociétés, nos économies et nos relations internationales».

Une dirigeante du Forum économique mondial, Margareta Drzeniek-Hanouz, a estimé que les résultats de l’enquête sont «frappants». Elle a dit que «93 pour cent des personnes qui ont répondu» pensent que les confrontations politiques et économiques «augmenteront un peu ou beaucoup (…) au cours de la prochaine année».

De plus, quatre participants à l’enquête sur cinq s’attendent à une hausse des risques «associés à une guerre impliquant les grandes puissances».

Le rapport explique que les risques géopolitiques ont été exacerbés par le déclin de l’engagement envers le «multilatéralisme fondé sur des règles». Il souligne que le président Donald Trump «est passé aux actes concernant certaines de ses promesses électorales unilatéralistes», notamment en retirant les États-Unis de l’Accord de Paris sur les changements climatiques et du Partenariat transpacifique.

Il ajoute que les «politiques identitaires» pourraient aviver les risques géopolitiques et domestiques.

«Les politiques orchestrées par des hommes forts charismatiques sont en progression à travers le monde, prévient le document. En plus de la plateforme ‘America First’ du président Donald Trump, des variations sur ce même thème sont constatées dans plusieurs pays, de la Chine au Japon, en passant par la Russie, la Turquie, l’Arabie saoudite, les Philippines et autres.»

Les confrontations musclées entre M. Trump et le dictateur nord-coréen Kim Jong-un, l’an dernier, «engendrent une incertitude concernant la solidité des normes érigées au fil des décennies pour empêcher un conflit nucléaire», peut-on lire dans le rapport.

Le Forum économique mondial estime que les tensions géopolitiques sont à l’origine d’une augmentation de l’ampleur et du degré de sophistication des cyberattaques, et croit que plus de fonds doivent être dépensés pour les combattre.

Un dirigeant de l’assureur Marsh & McLennan, John Drzik, prévient que «davantage d’attaques commanditées par un État s’ajouteront aux attaques motivées par un gain financier qui se produisent déjà».

Il croit que trop peu de compagnies sont préparées à réagir à un cyberincident.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!