AP Photo/Vadim Ghirda

BUCAREST, Roumanie — Plusieurs dizaines de milliers de Roumains ont manifesté samedi contre une loi adoptée par le Parlement qui, selon ses détracteurs, nuirait à la lutte contre la corruption.

De brèves escarmouches entre manifestants et policiers ont éclaté alors que la foule commençait à se rassembler sur la place de l’Université de Bucarest. Aux cris de «Voleurs, voleurs!» et de «Démission», soufflant dans des sifflets et portant des drapeaux roumains, les protestataires âgés de tous âge se sont dirigés vers le Parlement pour exprimer leur mécontentement contre le gouvernement de centre-gauche. Certains étaient même accompagnés par leurs enfants.

Des manifestations plus petites se sont aussi déroulées à Cluj, Timisoara, Constanta, Bacau, Sibiu et Iasi.

Plusieurs manifestants sont arrivés tôt dans la capitale en provenance de d’autres villes. Ils ont été accueillis par des gens portant des drapeaux roumains.

La première ministre désignée Viorica Dancila a appuyé la réforme du système judiciaire. Elle est une alliée de Liviu Dragnea, président du Parti social-démocrate, qui ne peut être premier ministre, lui a qui déjà été reconnu coupable de fraude électorale.

Le président du pays Klaus Iohannis, qui a critiqué les amendements, doit les promulguer. Il a écrit vendredi à la Cour constitutionnelle pour faire valoir que l’amendement permettant à des élus d’avoir leur propre entreprise «nuit à l’intégrité» de la fonction publique.

Une tentative d’assouplir le code pénal pour faits de corruption avait soulevé une vague de protestation sans précédent dans le pays depuis la fin du régime communiste en 1989.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!