DJAKARTA, Indonésie — Des militants réclament la fermeture en Indonésie de marchés d’animaux qui étaient présentés comme des attractions touristiques, mais où des chiens sont parfois battus à mort et brûlés vifs.

Un marché sur l’île de Sulawesi, le marché Tomohon, apparaissait auparavant parmi les principales attractions du site TripAdvisor, jusqu’à ce que les militants dénoncent la situation. Des voyagistes et des dirigeants locaux continuent à en faire la promotion.

Des groupes ont dit que le traitement des animaux à Tomohon et dans un marché de la province du Sulawesi-Nord, où on vend de la viande de chien, est «d’une cruauté brutale» et comme «une ballade en enfer».

Des images tournées en décembre par les militants dans les deux marchés montrent des chiens terrorisés dans leurs cages, qui hurlent quand ils sont empoignés par des employés qui leur fracassent le crâne à coups de gourdins — le tout sous les yeux de leurs clients, qui sont parfois accompagnés de leurs enfants.

Certains animaux bougent toujours quand leurs poils sont brûlés avec une torche, avant qu’ils ne soient dépecés et vendus.

Une coalition formée de trois groupes indonésiens et de Humane Society International exige la fin immédiate de la vente de viande de chien, pour des raisons de cruauté animale et de santé publique. On retrouve aussi dans ces marchés de la chair de chat et les carcasses d’espèces protégées.

Seulement un petit pourcentage d’Indonésiens mangent de la viande de chien, mais cela représente quand même un marché appréciable dans un pays de 250 millions d’habitants.

Des milliers de chiens sont tués chaque semaine dans les marchés du Sulawesi-Nord. La plupart des animaux proviendraient d’ailleurs en Indonésie.

———————

Sur internet:

https://www.dogmeatfreeindonesia.org/

http://www.hsi.org/news/press_releases/2018/01/dog-meat-markets-indonesia-012318.html

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!