Carole Robitaille/Insectarium de Montréal La population dont font partie les monarques du Québec est la plus impressionnante, tant par sa taille que par l’ampleur de sa migration.

Imaginez que vous soyez un scientifique dont le mandat est de documenter l’habitat d’une population menacée. Imaginez que cet habitat s’étend sur plus de 100 millions d’hectares… Un petit coup de main ne serait pas de trop, n’est-ce pas?

Cette situation est exactement celle à laquelle font face les scientifiques qui étudient les monarques. Ces grands papillons orangés, bien connus au Québec, sont présents dans l’ensemble de l’Amérique du Nord, à l’est des Rocheuses. Ils s’y reproduisent partout où ils trouvent l’asclépiade, leur plante hôte. On les trouve du nord du Mexique jusqu’au centre de notre province. Au Québec, à la fin de l’été, les monarques s’envolent vers le sud, direction Mexique, où ils se rassemblent par millions sur un territoire occupant moins de dix hectares! Si les sapinières en altitude offrent des conditions favorables à leur hivernage, la concentration de toute la population les rend extrêmement vulnérables.

Devant l’urgence de préser­ver la migration exceptionnel­le du monarque, de nombreux chercheurs ont décidé de faire appel aux citoyens. Le programme Monarch Watch de l’Université du Texas en est un parfait exemple. Dans le cadre de ce projet, les citoyens sont conviés à poser une étiquette sur les ailes des monarques et à recueillir certaines données afin de suivre leur migration. Une fois retrouvés le long du parcours, les monarques étiquetés, associés aux renseignements transmis aux chercheurs, permettent de mieux saisir les diverses facettes de la migration. Des scientifiques de tous les horizons consultent ces banques de données!

En plus de servir la science, les programmes de science participative (ou faisant appel aux citoyens) tels que Monarch Watch sensibilisent la population à l’importance de divers enjeux environnementaux. Plus près de nous, au Québec, un autre programme, Monarque sans frontière, piloté par l’Insectarium, propose aux citoyens de pousser plus loin l’aventure en faisant l’élevage de quelques monar­ques. Les participants découvrent alors les multiples facettes de la vie des monarques et s’émerveil­lent devant la beauté de chacune des étapes de leur vie. Difficile, après cette expérience, de ne pas ressentir un attachement bien particulier pour ce magnifique papillon orangé et de ne pas souhaiter agir pour le protéger!

Selon de récentes études en psychologie, 40 % de notre capacité à être heureux dépend de notre attitude, de nos actions. L’émerveillement, l’engagement, le fait d’agir selon nos convictions, de prendre soin d’autrui, d’œu­vrer à la concrétisation de nos espoirs sont autant de facteurs qui favorisent le bien-être. Le sentiment d’avoir un impact sur notre destin individuel, mais aussi sur notre destin commun, rendrait heureux. Soyez curieux, choisissez une cause, engagez-vous, faites votre part! Espérez… activement!

Monarque migrateur : vers une disparition?
Il existe plusieurs populations de monarques dans le monde. Celles qu’on trouve en Amérique Centrale et en Amérique du Sud y résident à longueur d’année et ne sont pas menacées. Toutefois, les deux populations migratrices d’Amérique du Nord sont considérées comme en danger de disparition.

La population dont font partie les monarques du Québec est la plus impressionnante, tant par sa taille (plus de 80 % des monarques du monde) que par l’ampleur de sa migration (plus de 4 000 km)!

Ces monarques subissent plusieurs menaces, dont :

  • la destruction de leurs habitats de reproduction, de migration et d’hivernage;
  • l’utilisation de pesticides en agriculture, tout particulièrement depuis l’arrivée du maïs et du soya transgéniques;
  • la déforestation sur les lieux d’hivernage;
  • les changements climatiques, qui entraînent d’importantes modifications au sein des habitats du monarque.

En posant des gestes pour sauvegarder les monarques, on contribue à la préservation d’un des plus beaux papillons du Québec, dont la migration extraordinaire ne cesse de nous éblouir et de nous inspirer. Après tout, nous partageons tous la même planète!

espacepourlavie.ca

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!