The Associated Press

WASHINGTON — La Russie n’est pas la seule à vouloir se doter d’armes sophistiquées pour répliquer à la technologie militaire des États-Unis, a prévenu mardi le directeur des renseignements militaires américains — la Chine est aussi de la partie.

Le lieutenant général Robert Ashley a déclaré au comité sénatorial de la défense que la Chine développe des missiles de croisière à longue portée, dont certains qui voleraient plus rapidement que la vitesse du son.

La Chine s’affairerait aussi à développer un bombardier nucléaire qui conférerait à Pékin la triade nucléaire: terre, air et mer.

La semaine dernière, le président russe Vladimir Poutine a levé le voile sur plusieurs nouvelles armes stratégiques qui, selon lui, sont impossibles à intercepter. Il a notamment évoqué un missile qui volerait à 20 fois la vitesse du son et effectuerait des changements de trajectoire abruptes pour échapper aux systèmes antimissiles.

Le général Ashley a prévenu que le développement de la «propulsion supersonique révolutionnera l’art de la guerre en permettant de frapper des cibles plus rapidement, plus loin et avec plus de puissance».

Il a expliqué que la Chine est à développer des ogives de missiles balistiques et des appareils hypersoniques capables d’échapper aux systèmes de défense.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!