NEW YORK — De jeunes Américains de partout au pays sont sortis de leurs écoles mercredi pour réclamer qu’on combatte plus efficacement la violence par les armes.

Les organisateurs espèrent que cette manifestation sera la plus grande démonstration de militantisme étudiant depuis qu’une fusillade a fait 17 morts dans une école secondaire de la Floride le mois dernier.

Plus de 3000 débrayages étaient planifiés à travers les États-Unis et ailleurs dans le monde. On demandait aux jeunes de sortir à 10 h, heure locale, pendant 17 minutes, en hommage aux victimes tuées à l’école Marjory Stoneman Douglas.

De la Floride à New York, des dizaines de milliers de jeunes souvent accompagnés de leurs enseignants sont sortis pour manifester autour de leur école ou dans les rues voisines. Certaines écoles ont félicité les élèves pour leur militantisme, mais d’autres les ont menacés de sanctions.

Les élèves de Marjory Stoneman Douglas se sont rassemblés sur le terrain de football de leur école, où ils ont scandé les initiales «MSD».

Plus de 2000 étudiants se sont massés sur l’avenue Pennsylvania, devant la Maison-Blanche, en agitant des affiches et en scandant des slogans en faveur d’un contrôle plus strict des armes. Ils ont observé 17 minutes de silence à compter de 10 h, pendant que retentissait la cloche d’une église voisine.

Les quelque 60 centimètres de neige qui ont enseveli le Massachusetts ont contraint certains jeunes à modifier leurs intentions. Plusieurs centaines d’entre eux se sont rassemblés dans une église de Boston avant de marcher vers le siège du gouvernement. Dans le Maine, les jeunes ont fait fi de la neige et du froid glacial pour manifester.

Dans d’autres écoles du pays, les jeunes sont simplement sortis de leur classe et se sont alignés dans les couloirs en portant les couleurs de Marjory Stoneman Douglas.

Les débrayages étaient orchestrés par Empower, l’aile jeunesse de la Women’s March qui a rassemblé des milliers de personnes à Washington l’an dernier.

Le groupe a demandé aux jeunes de façonner les manifestations à leur manière, mais on leur a aussi suggéré de demander aux politiciens d’interdire les fusils d’assaut et de resserrer la vérification des antécédents des acheteurs d’armes.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!