The Associated Press

BEYROUTH — Les troupes syriennes ont mis samedi la main sur un important bastion rebelle à l’est de Damas et se sont emparées d’un autre secteur, forçant des milliers de personnes à fuir vers des régions contrôlées par le gouvernement.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et la Défense civile syrienne, une organisation humanitaire, affirment que les troupes du régime se sont emparées des secteurs de Kafr Batna et de certaines parties de Saqba.

Ces derniers développements représentent un autre recul pour les rebelles qui ont perdu plus de 70 pour cent de la région, connue sous le nom de la Ghouta orientale, depuis que le président Bachar al-Assad a entamé une violente campagne offensive le 18 février dernier.

Les violences ont fait près de 1400 morts et plus de 5000 blessés. Des centaines de personnes ont dû trouver refuge dans des secteurs contrôlés par le régime syrien.

L’intensité des bombardements ont rendu presque impossibles les déplacements des ambulances et les blessés sont incapables de se rendre aux cliniques, selon le chirurgien Hamza Hassan qui travaille dans un hôpital de la Ghouta orientale.

Trente personnes ont été tuées samedi matin dans des bombardements à Zamalka, selon l’OSDH.

Un résident de la région, Ahmad Khansour, a déclaré que 300 000 personnes sont toujours coincées dans la Ghouta orientale.

L’agence de presse syrienne SANA a déclaré que l’armée a infligé «des pertes importantes pour les groupes terroristes», ajoutant que les militaires avaient atteint le centre de Kafr Batna et des sections de Saqba.

Les rebelles continuent de contrôler les villes d’Arbeen, de Zamalka, d’Ein Tarma et de Jobar situées à l’extrémité sud de la Ghouta orientale.

Ces violences surviennent alors que des milliers de personnes ont fui la Ghouta orientale samedi, portant à 47 000 le nombre de personnes qui ont quitté la région depuis les trois derniers jours, selon le ministère russe de la Défense.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!