Alexandre/Caritas Internationalis via Associated Press Des enfants prennent de l'eau dans le camp de Rajaf, au Soudan du Sud

ROME — Environ 124 millions de personnes ont souffert de la famine en 2017, comparativement à 108 millions en 2016, révèle un rapport rendu public jeudi.

Cette augmentation est essentiellement attribuée à une intensification des conflits au Myanmar, au Nigeria, au Yémen et au Soudan du Sud. La sécheresse qui persiste dans plusieurs pays africains est aussi évoquée.

Le rapport prévient que rien ne changera en 2018 et que c’est toujours au Yémen que l’insécurité alimentaire sera la plus grande.

Ce rapport intergouvernemental annuel est compilé par des agences de l’ONU, par l’Union européenne et par des organisations humanitaires. Il a vu le jour en 2016 pour favoriser la coopération face aux crises alimentaires et aux conflits.

Il s’intéresse principalement à la famine, une faim si intense qu’elle représente une menace immédiate à la survie.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!