The Associated Press

WASHINGTON — L’actrice porno Stormy Daniels a déclaré, lors d’une entrevue accordée à l’émission 60 Minutes, sur les ondes de CBS, qu’elle avait été contrainte sous la menace de garder le silence sur une prétendue relation sexuelle avec l’actuel président américain Donald Trump en 2006.

Mme Daniels a raconté qu’un homme non identifié l’avait menacée à Las Vegas, en 2011, alors qu’elle tentait de vendre son histoire à divers médias. Il lui aurait dit de laisser Trump tranquille et d’oublier toute cette histoire.

Sa fille aurait aussi fait l’objet de menaces implicites.

Selon la version de l’actrice, un homme l’aurait abordée dans un terrain de stationnement pour l’avertir de garder le silence. Puis, il aurait regardé la fille de Mme Daniels en disant: «c’est une jolie petite fille. Il serait honteux qu’il arrive quelque chose à sa mère.»

Au cours de l’entrevue très attendue, elle a dit avoir eu des rapports sexuels consensuels avec M. Trump à une seule reprise.

Elle a souligné qu’elle n’avait été obligée de coucher avec le milliardaire. «Ce n’est pas ‘Moi aussi’. Je ne suis pas une victime», a déclaré Mme Daniels, dont le véritable nom est Stephanie Clifford.

«Il sait que je dis la vérité», a-t-elle ajouté.

Mme Daniels a reçu un paiement de 130 000 $ quelques jours avant la campagne présidentielle de 2016 afin qu’elle se tienne coite. Elle tente de faire invalider cette entente secrète.

Elle a toutefois dévoilé grand-chose de nouveau sur cette relation.

La Maison-Blanche n’a pas réagi à la diffusion de l’entrevue, mais M. Trump, par l’intermédiaire de ses porte-parole, avait déjà rejeté toutes ces allégations. Son avocat Michael Cohen a déjà déclaré que l’actuel président n’avait jamais eu de rapports sexuels l’actrice. L’homme de loi a toutefois reconnu qu’il lui avait versé 130 000 $ de sa propre poche.

Me Cohen a ajouté que ni l’entreprise de la famille Trump, la Trump Organization, ni les organisateurs de campagne de Donald Trump n’étaient au courant de la transaction. Il n’a pas été remboursé.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!