Andrew Harnik Andrew Harnik / The Associated Press

WASHINGTON — Le grand patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré devant le Congrès américain, mercredi, qu’il croyait qu’une réglementation de l’industrie des médias sociaux était «inévitable».

Il a également confié que ses propres données personnelles avaient été incluses dans celles vendues à des tierces parties.

M. Zuckerberg a ajouté, lors de son deuxième jour de témoignage au Congrès, qu’il n’est pas contre la réglementation, mais qu’il croit qu’il faudra être prudent lorsque viendra le temps de la mettre en place.

Selon lui, les grandes entreprises dominantes comme Facebook ont les ressources nécessaires pour s’ajuster à la réglementation, mais «cela pourrait être plus difficile pour les plus petites entreprises en démarrage».

Mark Zuckerberg répondait à une question de la représentante démocrate californienne Anna Eshoo lorsqu’il a parlé de ses propres renseignements personnels, une référence au scandale impliquant la firme Cambridge Analytica qui a mis Facebook dans l’eau chaude au cours des dernières semaines.

Facebook a admis que les données personnelles de 87 millions de personnes, dont environ 622 000 Canadiens, ont été recueillies lorsque quelque 270 000 utilisateurs ont répondu à un jeu-questionnaire sur leur personnalité, permettant du même coup à une application d’accéder à leurs propres données personnelles ainsi qu’à celles de leurs amis.

Cambridge Analytica aurait alors mis la main sur ces données et les aurait utilisées pour tenter d’influencer des élections à travers le monde.

M. Zuckerberg a expliqué que les utilisateurs dont les données personnelles ont été obtenues de la sorte ont commencé à en être informés cette semaine.

Il a noté mercredi qu’il croyait que les avis à ce sujet avaient commencé à être envoyés lundi. On ignore pour le moment combien d’utilisateurs, parmi les 87 millions touchés, ont reçu des avis.

Facebook a mis en place une page permettant à ses utilisateurs de vérifier si Cambridge Analytica a pu accéder à leurs données personnelles. Mark Zuckerberg a dit au Congrès que la firme avait obtenu certaines de ses propres informations personnelles.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!