LONDRES — Contraint de se conformer à de nouvelles règles européennes, Facebook déploiera cette semaine de nouveaux réglages qui rehausseront la protection de la vie privée de ses utilisateurs, notamment en leur permettant de consentir ou de refuser plus facilement à l’utilisation de leurs données.

Les nouveaux réglages seront tout d’abord introduits en Europe, mais éventuellement tous les utilisateurs du réseau social devront décider s’ils acceptent ou non l’utilisation de fonctionnalités comme la reconnaissance faciale et certaines formes de publicité ciblée, a indiqué la compagnie sur un blogue.

«Tous — peu importe où ils habitent — devront passer en revue des informations importantes concernant la façon dont Facebook utilise des données et prendre des décisions concernant leur vie privée sur Facebook, ajoute le géant. Nous commencerons à introduire ces choix cette semaine en Europe.»

Cette annonce survient au moment où Facebook peine à se relever d’un scandale qui a vu une firme privée exploiter les données de quelque 87 millions d’utilisateurs pour aider la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

L’Union européenne commencera dès la semaine prochaine à faire respecter le Règlement général sur la protection des données, qui cible explicitement toute compagnie qui utilise des données fournies par des résidants de l’Europe, peu importe où se trouve son siège social.

Il s’agit de la plus récente tentative de la part de l’UE pour encadrer des entreprises principalement américaines qui, selon elle, évitent de payer des impôts, étouffent la concurrence et contreviennent aux droits à la vie privée en ligne. L’UE affirme qu’il s’agit des changements les plus importants en 25 ans, alors qu’elle essaie de répondre aux progrès technologiques survenus depuis 1995, quand les dernières règles ont été adoptées.

Les nouvelles règles européennes exigent que les formulaires de consentement soient rédigés de manière claire, dans un langage simple que tous peuvent comprendre, afin de combattre les multiples pages de jargon que pratiquement personne ne lit avant de cliquer, «J’accepte». Le consentement devra également être aussi facile à retirer qu’à accorder.

Les utilisateurs de Facebook en Europe et au Canada pourront maintenant choisir d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale que le réseau social offre au reste de la planète depuis six ans, a ajouté la compagnie.

On demandera aux utilisateurs s’ils acceptent que Facebook utilise des données colligées par des applications ou des sites web pour cibler les annonces qui leur sont présentées, ou encore s’ils acceptent de partager les informations politiques, religieuses ou conjugales de leur profil.

«Nous ne voulons pas seulement respecter la loi, mais aussi dépasser nos obligations afin d’offrir à tous les utilisateurs de Facebook une expérience renouvelée et améliorée en ce qui concerne la protection de leur vie privée», a expliqué la compagnie.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!