KAMPALA, Ouganda — L’Ouganda a entrepris de compter ses gorilles de montagne, une espèce gravement menacée dont la population pourrait être en hausse.

Le tourisme ougandais dépend lourdement de ces animaux majestueux.

Le dernier recensement, en 2011, a dénombré 480 gorilles de montagne dans deux régions protégées de ce pays d’Afrique de l’Est, soit environ la moitié de la population mondiale. Les autres se trouvent dans le Rwanda et le Congo voisins.

Une équipe fouille depuis le mois de mars le parc national de la forêt impénétrable de Bwindi, pour récolter les excréments de gorilles et examiner leurs nids à la recherche de poils et d’autres indices.

Ces données, qui feront l’objet d’une analyse génétique en Europe, sont beaucoup plus fiables qu’un décompte du nombre d’individus, ont dit des dirigeants.

Le recensement durera jusqu’à la mi-mai et les résultats ne seront connus que dans quelques mois.

Les gorilles dénaturés (et donc habitués à la présence humaine) de la forêt de Bwindi et du parc national voisin de Mgahinga sont la principale attraction touristique de l’Ouganda. Des milliers de personnes ont payé l’an dernier pour avoir la chance de voir l’animal dans son habitat naturel.

Des responsables affirment avoir constaté une explosion des naissances au sein de ces populations.

Le braconnage, la maladie et la perte d’habitat a décimé la population de gorilles de montagne dans la région depuis un siècle. Le gorille de montagne est considéré comme étant gravement menacé depuis 1996, même si sa population semble prendre du mieux.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!