KINSHASA, Congo — Deux touristes britanniques ont été relâchés, deux jours après leur enlèvement, dans le parc national de Virunga, en République démocratique du Congo.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, n’a pas fourni plus de détails sur leur rapt, mais a remercié les autorités congolaises et l’Institut congolais pour la conservation de la nature pour leur «soutien indéfectible durant cette affaire terrible».

Il a également transmis ses condoléances aux proches d’une garde tuée lors de l’embuscade, qui a aussi fait un blessé. Leur véhicule aurait été attaqué au moment où ils circulaient de Kibumba vers Goma, dans le territoire de Nyiragongo.

De multiples groupes armés sévissent dans l’est du Congo, riche en minerai.

Le 9 avril, six gardiens du parc de Virunga ont été tués lors d’une attaque attribuée aux membres de la milice Mai Mai.

Les rebelles des Forces démocratiques alliées ont aussi été accusés de meurtres et d’enlèvements autour du parc, qui abrite environ le quart des derniers gorilles de montagne du monde.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!