SÉOUL, Corée, République de — Dans la foulée d’un exercice militaire mené par Washington et Séoul, la Corée du Nord a annulé une réunion importante avec la Corée du Sud et a menacé de ne pas participer à un sommet historique lors duquel une rencontre entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est prévue.

La déclaration surprenante, qui a été diffusée sur les médias officiels au début de la journée de mercredi en Corée du Nord, fait contraste avec la grande ouverture qu’a manifestée récemment Pyongyang, qui, il y a seulement un an, menait encore des essais de missiles.

On ne sait toujours pas, cependant, si la Corée du Nord tente ainsi de tourner le dos à la diplomatie, ou d’arriver en meilleure posture en vue de la rencontre entre MM. Trump et Kim, qui doit avoir lieu le 12 juin.

La déclaration a été rendue publique seulement quelques heures avant l’entretien entre les dirigeants du Nord et du Sud, qui devaient se rencontrer à la frontière pour discuter de la mise en place de leur entente visant à diminuer les tensions militaires et à améliorer leurs relations.

L’agence centrale de presse nord-coréenne a qualifié les exercices militaires Max Thunder, qui ont commencé lundi, de «provocations militaires intentionnelles».

Selon l’agence, ces exercices, qui comprendraient environ 100 avions, représentent un «problème apparent» face au sommet historique du mois d’avril, entre M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in, qui s’étaient rejoints à la frontière de leurs pays pour entamer des pourparlers.

«Les États-Unis doivent considérer attentivement le sort du sommet prévu entre la Corée du Nord et les États-Unis dans la foulée du grabuge militaire provocateur qu’ils causent avec les autorités sud-coréennes», a déclaré Pyongyang.

«Nous surveillerons de près comment les États-Unis et la Corée du Sud réagiront.»

Ces exercices militaires annuels entre Washington et Séoul représentent une pomme de discorde majeure entre les Corées, et les analystes se questionnaient sur leur avenir, à la lumière des derniers développements. Traditionnellement, Pyongyang condamnait vigoureusement ces exercices et menait parfois des essais d’armes.

À Washington, le département d’État américain a souligné que Kim Jong-un avait déjà dit auparavant qu’il comprenait la nécessité et la pertinence de ces exercices.

«Nous continuerons d’aller de l’avant et planifions la rencontre entre le président Trump et Kim Jong-un», a déclaré la porte-parole Heather Nauert.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!