KINSHASA, Congo — L’éclosion de virus Ebola en République démocratique du Congo a maintenant rejoint la capitale de la province de l’Équateur, un développement inquiétant puisque la maladie peut se propager plus facilement dans les zones urbaines densément peuplées.

Deux cas présumés de fièvre hémorragique sont rapportés dans la zone sanitaire de Wangata qui englobe Mbandaka, une ville d’environ 1,2 million d’habitants qui se trouve à quelque 150 kilomètres de la région rurale de Bikoro où l’éclosion a été annoncée la semaine dernière, a dit le ministre congolais de la Santé Oly Ilunga.

Un échantillon a démontré qu’il s’agissait bel et bien de l’Ebola, ce qui porte à trois le nombre confirmé d’infections. Quarante-quatre cas ont été rapportés jusqu’à présent, faisant 23 décès, selon l’Organisation mondiale de la Santé. On dénombre trois cas confirmés d’Ebola, 20 cas probables et 21 cas possibles.

Le ministre Ilunga a dit que l’éclosion d’Ebola est entrée dans une nouvelle phase qui touche trois zones sanitaires, dont une zone sanitaire urbaine. Il a ajouté être très inquiet de constater que la maladie a maintenant rejoint Mbandaka.

Le virus Ebola se propage lors d’un contact avec les fluides corporels d’une victime qui présente des symptômes.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a expédié 5400 doses d’un vaccin expérimental vers le Congo et des milliers d’autres doses sont attendues sous peu.

L’agence onusienne de la santé a dit que 30 experts ont été déployés à Mbandaka pour surveiller l’évolution de la situation. L’OMS collabore avec Médecins sans frontières et d’autres organisations humanitaires afin d’endiguer l’éclosion et de soigner les patients en isolement.

MSF a d’ailleurs indiqué par voie de communiqué qu’il «intensifie sa réponse dans les zones affectées». Ses équipes sont déjà présentes sur place à Mbandaka et ont installé une zone d’isolement de cinq lits dans l’hôpital principal de la ville, ainsi qu’une autre de dix lits dans l’hôpital de Bikoro. Les équipes construisent également deux centres de traitement Ebola comportant 20 lits chacun.

Plusieurs dizaines de tonnes de matériel arriveront à Mbandaka au cours des prochains jours.

Le vaccin expérimental semble très efficace contre l’Ebola. Il a été testé en Guinée en 2015 lors d’une épidémie qui a fait plus de 11 300 morts en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016.

Il s’agit de la neuvième éclosion d’Ebola au Congo depuis 1976. Aucune n’a été associée à l’épidémie en Afrique de l’Ouest, mais on croit que le vaccin sera efficace contre l’Ebolavirus Zaïre qui menace de se propager au Congo.

L’OMS a expliqué qu’elle utilisera la stratégie de la «vaccination en anneau»: les contacts des victimes seront vaccinés sur une base volontaire, puis les contacts de ces contacts, en plus des travailleurs de la santé et autres intervenants de première ligne.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!