The Associated Press Gina Haspel

WASHINGTON — La nomination de Gina Haspel en tant que directrice de la CIA a été confirmée jeudi par le Sénat américain, après que sa candidature eut relancé le débat sur l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’agence centrale de renseignement des États-Unis.

En l’absence du républicain John McCain, 54 sénateurs ont appuyé sa nomination, contre 45 de leurs collègues. Gina Haspel devient ainsi la première femme à accéder à la tête de la CIA.

Sa nomination avait suscité la controverse en raison de son rôle dans un ancien programme de détention et d’interrogatoires brutaux de présumés terroristes à l’étranger, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001.

Les opposants de Ginal Haspel arguaient que la responsable d’une prison secrète en Thaïlande ne devrait pas pouvoir gravir ainsi les échelons de la CIA. Les États-Unis doivent tourner la page sur ce programme qui a entaché leur image auprès de leurs alliés, ont-ils fait valoir.

Les partisans de Mme Haspel ont plutôt insisté sur ses 33 ans d’expérience au sein de l’agence. D’anciens hauts responsables ont plaidé qu’après une telle carrière, elle méritait de prendre les commandes de la CIA.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!