AP

PUNGGYE-RI, Corée, République populaire démocratique de — La Corée du Nord a procédé jeudi à ce qu’elle a dit être la démolition de son site d’essais nucléaires, déclenchant une série d’explosions sur plusieurs heures en présence de journalistes étrangers.

Les explosions sur le site d’essais nucléaires, loin dans les montagnes du nord-est peu peuplé du Nord, étaient centrées sur trois tunnels et sur un certain nombre de bâtiments voisins.

La fermeture du site d’essais nucléaires de Punggye-ri avait déjà été annoncée par le leader Kim Jong-un avant son sommet prévu avec le président américain Donald Trump, qui pourrait avoir lieu le mois prochain.

La décision du Nord de fermer le site a généralement été considérée comme un geste de bonne volonté de M. Kim, pour donner un ton positif avant le sommet. Malgré tout, il ne s’agit pas d’un développement irréversible et d’autres mesures significatives devront suivre pour répondre aux demandes de M. Trump, qui réclame une dénucléarisation réelle.

En faisant venir un petit groupe de journalistes de la télévision et d’autres membres des médias, Pyongyang espère probablement que des images dramatiques de la fermeture — y compris des explosions pour détruire les tunnels — seront diffusées à travers le monde.

Une équipe de l’Associated Press Television faisait partie des journalistes qui se sont rendus sur place. La Corée du Nord n’avait toutefois pas invité d’inspecteurs internationaux.

La première explosion en présence des médias s’est produite vers 11 h, heure locale. Les autorités nord-coréennes ont déclaré avoir détruit le tunnel nord, qui a été utilisé pour cinq essais nucléaires entre 2009 et l’année dernière.

Deux autres explosions, vers 14 h 20 et 16 h, ont démoli les tunnels ouest et sud, selon les responsables.

L’opération de jeudi a également détruit des postes d’observation et des casernes utilisés par les gardiens et d’autres travailleurs de l’établissement.

Un autre tunnel, sur le côté est du site, a été fermé après un premier essai nucléaire en 2006.

Les journalistes qui ont été autorisés à assister à la démolition sont arrivés le matin et sont restés sur le site pendant environ neuf heures.

Certains experts croient que la destruction présumée de Punggye-ri est uniquement symbolique puisque le site avait possiblement été rendu inutilisable par les derniers essais nucléaires.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!