The AsAhi shimbun/Getty Les canons à eau

Des navires de la garde côtière japonaise ont utilisé des canons à eau sur des bateaux de pêche taïwanais après que des bateaux commerciaux eurent ignoré les avertissements de ne pas entrer dans les eaux du Japon. Dix bateaux de surveillance provenant de Taïwan accompagnaient plus de 50 navires autour des îles Senkaku ont répliqué avec leurs propres canons à eau.


Le président remercie les navires de la garde côtière taïwanaise d’avoir escorté les pêcheurs pour affirmer leur souveraineté sur les îles disputées. Selon des sources, Ma Ying-jeou aurait dit «où sont nos pêcheurs, c’est la que nos gardes-côtes seront.»

Le conflit en quelques points

  • Senkaku. C’est un groupe de cinq petites îles dans la mer de Chine orientale situé à environ 170 km au nord de l’île japonaise d’Ishigaki. Senkaku est contrôlée par le Japon, mais est réclamée par la Chine (qui l’appelle Diaoyu) et par Taïwan (Diaoyutai).
  • Souveraineté disputée. Le Japon a légalement acquis ces îles vers la fin du 19e siècle, mais la Chine et Taïwan affirment que les îles leur ont historiquement appartenu. Des études suggèrent que les Chinois les réclament plus fortement depuis qu’une étude géologique menée en 1968 a révélé des réserves de gaz et de pétrole.
  • L’étincelle. Le gouvernement de Tokyo a acheté des îles privées à une famille japonaise en vue d’un développement. Beijing dit que c’est de la provocation.
  • Le conflit actuel. Les violentes protestations ont visé les ambassades japonaises à Beijing et les entreprises japonaises à travers la Chine. Ces entreprises ont dû ralentir leurs productions pour correspondre à la baisse de la demande des acheteurs chinois.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!