Valerie Gache/AFP

Les incendies de forêts en Grèce, qui ont fait au moins 79 morts, sont les plus meurtriers du 21e siècle dans le monde après ceux qui avaient tué 173 personnes en Australie en 2009.

Au moins 173 personnes meurent dans des incendies de brousse dans le sud-est de l’Australie, notamment dans l’Etat de Victoria, victime le week-end du 7 février 2009 de la conjugaison de températures extrêmes et de la sécheresse de l’environnement.

Des villes entières et plus de 2000 maisons sont rasées.

Le feu perdure pendant plusieurs semaines avant d’être contenu grâce à la mobilisation de milliers de pompiers et de volontaires.

Fin août 2007, des incendies de forêts sans précédent ravagent 250 000 hectares dans le Péloponnèse (sud) et l’île d’Eubée (nord-est d’Athènes) faisant 77 morts sur leur passage.

Beaucoup de victimes meurent en tentant de fuir dans la panique les villages encerclés par les flammes, tandis que le prestigieux site d’Olympie est menacé.

Soixante quatre personnes périssent et plus de 250 sont blessées dans un gigantesque incendie de forêt qui se déclare le 17 juin 2017 à Pedrogao Grande dans le centre du pays, puis se propage aux régions voisines.

De nombreuses victimes meurent dans leurs voitures, piégées par les flammes.

En cinq jours, les flammes consument quelque 46 000 hectares de forêt et broussaille.

Le Portugal avait déjà été frappé en 2003 par des incendies gigantesques qui avaient ravagé pendant des semaines le centre et le sud du pays en proie à la canicule, faisant 20 morts. Près de 425 000 hectares étaient partis en fumée.

Le pire incendie de l’histoire d’Israël a fait 44 morts, le 2 décembre 2010. Les victimes, pour la plupart des élèves gardiens de prison, ont été prises au piège des flammes à bord d’un autobus. En quatre jours, le sinistre ravagera près de 5000 hectares du parc national du mont Carmel (nord).

En avril 2015, 34 personnes périssent dans de gigantesques feux de prairies qui ravagent mi-avril 10 000 kilomètres carrés en Sibérie.

Partis de Khakassie (sud sibérien), les incendies qui ont détruit 2000 maisons se sont propagés jusqu’en Mongolie, environ 200 kilomètres au sud, puis ont pratiquement atteint la frontière chinoise, selon la section russe de Greenpeace.

Cinq ans auparavant, en 2010, la partie occidentale du pays, confrontée à une canicule et une sécheresse sans précédent, avait été ravagée par des incendies qui avaient tué une soixantaine de personnes entre fin juillet et fin août. Plus d’un million d’hectares de forêts, de tourbières et de broussailles avaient été détruits et des villages entiers brûlés.

Vingt deux personnes, dont deux au Mexique, périssent dans des incendies de forêts qui dévastent la Californie, fin octobre-début novembre 2003. En deux semaines, 300 000 hectares de végétation sont ravagés, 3576 maisons détruites et 100 000 personnes évacuées.

Plus récemment en Arizona, dans le sud-ouest des Etats-Unis, 19 pompiers ont trouvé la mort le 1er juillet 2013 alors qu’ils creusaient une ligne de pare-feu pour empêcher l’extension d’un gigantesque incendie.

L’incendie de forêt le plus meurtrier dans le monde semble être celui d’octobre 1871 à Peshtigo (Wisconsin/États-Unis), qui avait fait entre 800 et 1200 morts. Le feu, qui s’était déclaré dans la forêt plusieurs jours auparavant, avait détruit en quelques heures cette bourgade forestière de 1700 habitants, et ravagé seize autres villages, répartis sur 500 000 hectares.

En mai 1987, le plus grave feu de forêt de l’histoire récente de la Chine avait fait au moins 119 morts dans le nord-est du pays et 51 000 sans-abri.

Avec son lourd bilan de 82 morts, l’incendie d’août 1949 qui avait frappé les Landes, dans le sud-ouest de la France, reste également dans les mémoires. Les victimes — pompiers, bénévoles et militaires- avaient été prises dans un véritable nuage de feu provoqué par un changement brutal de la direction et de l’intensité des vents.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!