© swissmediavision / Istock.com

La Nouvelle-Calédonie a renforcé mardi la protection d’une grande partie de ses récifs coralliens vierges dont l’accès sera strictement réglementé, une décision saluée par les défenseurs de l’environnement.

Les arrêtés adoptés mardi créent à l’intérieur du parc naturel de la mer de corail une réserve intégrale de 7000 km2 et une réserve naturelle de 21 000 km2, qui couvrent plus d’un tiers des exceptionnels récifs calédoniens, a indiqué le gouvernement du territoire dans un communiqué.

Le classement en réserve intégrale sur certaines portions des récifs de Chesterfield, Bellona, Pétrie, Astrolabe et Entrecasteaux, connus pour accueillir tortues vertes, requins ou baleines à bosse, y interdit toute activité humaine autre que scientifique.

Dans la partie réserve naturelle, la pêche sera interdite, y compris pour l’autoconsommation, tout comme les sports nautiques motorisés, les bivouacs ou les pique-nique à terre.

L’accès sera payant et le tourisme réglementé: autorisation préalable du gouvernement pour les opérateurs de tourisme, interdiction des bateaux de plus de 200 passagers, présence à bord de personnel formé aux bonnes pratiques du parc…

Avec ses 1,3 million de km2, le parc de la mer de corail, créé en 2014, est l’une des plus vastes réserves marines au monde. Il abrite une biodiversité exceptionnelle avec plus de 2000 espèces de poissons, 310 espèces de coraux et plus d’un tiers des récifs «vierges» de la planète.

Le gouvernement français a salué la protection de ce «patrimoine naturel irremplaçable». «C’est une étape majeure dans la structuration du parc naturel marin de la mer de corail, qui abrite et protège près d’un tiers des récifs coralliens les plus précieux de la planète», a commenté le secrétaire d’Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu, se réjouissant d’une «avancée concrète et irréversible».

«C’est le genre de leadership que nous voulons voir dans la conservation des récifs coralliens et nous l’applaudissons», a également estimé dans un communiqué John Tanzer, de WWF International.

«Avec une bonne gestion, ces aires marines protégées aideront à maintenir les populations de poissons et la santé des écosystèmes qui permettra aux récifs de résister aux impacts du changement climatique. Ce leadership doit inspirer d’autres gouvernement», a-t-il plaidé.

Les récifs coralliens, qui abritent plus d’un quart des espèces animales et végétales des océans, sont particulièrement sensibles au réchauffement et sont menacés de disparition.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!