Getty Images/iStockphoto

Une élève américaine du secondaire a déclaré mercredi avoir cuisiné des biscuits en y ajoutant les cendres de son grand-père. Le problème: la jeune fille les a ensuite distribués à ses camarades de classe, selon les informations de la police de Davis en Californie, qui juge ses dires malheureusement très crédibles.

Les faits se sont produits le 4 octobre à la Da Vinci Charter Academy, et au moins neuf lycéens au total auraient mangé les macabres biscuits, selon Paul Doroshov, de la police de Davis, cité par des médias locaux.

Certains élèves ignoraient la présence de cendres humaines dans les cookies au sucre mais d’autres «étaient prévenus et les ont quand même consommés», a-t-il déploré, jugeant l’affaire sérieuse.

Un des lycéens concernés, Andy Knox, a expliqué à la télévision locale KCRA-TV qu’une fille de sa classe lui avait offert un gâteau en lui disant qu’il contenait un «ingrédient spécial» mais qu’il avait pensé à du cannabis.

Selon l’adolescent, le biscuit n’avait pas un goût bizarre mais renfermait «de petits grains gris» et «craquait sous la dent, comme quand on mange du sable étant enfant».

Les policiers ont ouvert une enquête et tentent de déterminer comment qualifier les faits juridiquement. Ils étudiaient une section du Code pénal de Californie consacrée à la profanation de cadavres mais le chef de troubles à l’ordre public pourrait être plus approprié, relève Paul Doroshov.

Un responsable du lycée cité par le Los Angeles Times a quant à lui regretté que les médias se soient emparés de cette «affaire de famille» et assuré que les élèves concernés ne couraient aucun risque sanitaire.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!