Entreprises et bateaux à l’arrêt, découvertes d’épaves et même d’une bombe de la Seconde guerre mondiale: le Rhin a atteint vendredi son plus bas niveau historique, faute de pluie depuis des mois en Allemagne.

Avec 77 cm à Cologne, a été battu vendredi le précédent record de 81 cm enregistré en 2003, selon StEB, l’opérateur municipal de traitement de l’eau de cette ville de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Le retour de la pluie, annoncé pour la semaine prochaine, ne devrait pas suffire à faire remonter le niveau du fleuve. Plusieurs autres sites de mesures ont constaté des niveaux record ou proches des records.

La situation a d’ores et déjà des répercussions économiques, des bateaux ne pouvant plus circuler, alors que le Rhin est une importante artère de transport fluvial pour de nombreux secteurs économiques en Allemagne, en France ou encore aux Pays-Bas.

Même la petite embarcation qui mène les touristes au château de Pfalzgrafenstein, situé sur une petite île du Rhin est au chômage technique, selon des médias locaux.

Autre conséquence, le groupe énergétique RWE n’est pas en mesure d’approvisionner la centrale à charbon de Hamm en charbon. Les navires ne peuvent transporter les cargaisons habituelles.

La faune du fleuve est aussi touchée. Les biologistes craignent ainsi que les oiseaux, en particulier les vanneaux et barges à queue noire qui vivent sur les berges, ne puissent pas trouver de nourriture.

La baisse sensible du niveau de l’eau engendre aussi son lot de découvertes d’épaves ou d’objets en tout genre. À Cologne, une bombe de 50 kilos de la Seconde Guerre mondiale est ainsi apparue et doit être désamorcée dans les prochains jours.

En attendant, le trafic des bateaux est interrompu. Les températures, largement au-dessus de 30°C, et les précipitations limitées de l’été ont constitué, selon le ministère allemand de l’Agriculture, “la phase d’anomalie de température la plus marquée” depuis le début des mesures climatiques en Allemagne en 1881.

Les températures extrêmes du mois de juillet et août ont aussi été particulièrement dévastatrices pour les pâturages et les champs de céréales. Tournesols flétris, champs de céréales jaune vif et pousses brûlées: les agriculteurs allemands s’attendent, après quatre mois de sécheresse, à une baisse de 20% de leur production annuelle.

Quatorze des seize États-régions allemands se sont dits intéressés fin août par un programme fédéral d’indemnisation des agriculteurs, d’une rare ampleur dans un pays très décentralisé.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!