AP

L’Université de Californie du sud (USC) de Los Angeles a annoncé vendredi avoir trouvé «un accord de principe» prévoyant 215 millions de dollars d’indemnités pour certaines victimes d’un ex-gynécologue employé sur le campus, accusé d’abus sexuels par des centaines de femmes.

Le Dr George Tyndall nie tout acte déplacé. Il est accusé de viols et d’attouchements par de nombreuses étudiantes lors d’examens médicaux au cours des trente dernières années. Le gynécologue aurait également pris des photos des organes génitaux de ses patientes et fait des commentaires obscènes sur leur physique, ainsi que des remarques racistes ou homophobes.

Malgré des plaintes multiples d’étudiantes et infirmières, il n’a pas été inquiété jusqu’à une enquête interne en 2016 déclenchée par la plainte d’une infirmière au centre de gestion des agressions sexuelles de l’établissement. Les investigations ont conclu à des pratiques d’examens pelviens anormales.

Cela n’a pas empêché le gynécologue de partir à la retraite l’an dernier à la faveur d’un accord amiable avec l’USC, dont les modalités financières n’ont pas été dévoilées.

Le police de Los Angeles a ouvert une enquête et procédé en juin dernier à une perquisition au domicile du Dr Tyndall.
D’après le Los Angeles Times, en pointe dans l’enquête sur les agissements présumés du médecin, 463 femmes au total ont porté plainte à ce jour contre l’Université en lien avec ces abus sexuels présumés, certaines à titre individuel, d’autres dans le cadre d’actions collectives.

C’est pour mettre un terme à certaines de ces actions collectives que l’USC a accepté de verser 215 millions de dollars, mais on ignore combien de plaignantes ces indemnités vont concerner. Et cet accord n’éteindra pas les nombreuses procédures menées à titre individuel.

Selon le communiqué de l’USC, l’accord conclu avec les avocats des plaignantes, qui doit encore être approuvé par un juge fédéral, prévoit une «compensation de 2 500 dollars» pour toutes les anciennes patientes du gynécologue. Celles qui auraient subi des abus à divers degrés pourraient recevoir jusqu’à 250 000 dollars d’indemnités en plus.

«Nous espérons ainsi aider notre communauté à cheminer ensemble vers la réconciliation», écrit le Dr Wanda Austin, présidente par intérim de l’Université, dont le titulaire Max Nikias a démissionné en raison du scandale.

Dans l’affaire Larry Nassar, ex-médecin sportif condamné à de lourdes peines de prison pour des agressions sexuelles sur au moins 265 victimes, majoritairement gymnastes et mineures, l’Université d’État du Michigan a accepté de verser quelque 500 millions de dollars d’indemnités.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!