Nicholas Kamm/AFP

Une candidate républicaine dont la victoire semblait assurée dans la course au Sénat en Arizona a vu jeudi sa rivale démocrate prendre l’avantage alors que les bulletins de vote étaient quasiment tous dépouillés, d’après les résultats officiels.

Si la démocrate Kyrsten Sinema, 42 ans, venait à l’emporter contre Martha McSally, 52 ans, soutenue par Donald Trump, la majorité républicaine au Sénat serait finalement moins nette qu’anticipée.

Mme Sinema menait jeudi soir avec plus de 9 000 voix d’avance sur son adversaire républicaine, selon le décompte du secrétariat d’État de l’Arizona.

Les républicains sont déjà assurés de la majorité à la chambre haute du Congrès à Washington, avec 51 sièges contre 46 pour les démocrates et indépendants. Mais l’étendue de leur victoire est en jeu.

Un autre scrutin est également très serré en Floride, où le républicain Rick Scott ne devance son adversaire démocrate que de 0,22 point. Dans cet État, la loi veut que si moins de 0,5 point sépare les deux finalistes, un nouveau dépouillement soit automatiquement ordonné.

Et dans le Mississippi, aucun candidat n’ayant atteint la barre des 50%, un deuxième tour sera organisé le 27 novembre.       

Avant les élections de mi-mandat de mardi, le parti républicain ne disposait que d’une infime majorité au Sénat, avec 51 sièges contre 49 aux démocrates.

Quel que soit le résultat final dans l’Arizona, la victoire sera historique: cet État n’a jamais envoyé de femme sénatrice à Washington.

Première candidate au Sénat ouvertement bisexuelle, Kyrsten Sinema a vécu pendant son adolescence sans eau ni électricité dans une ancienne station-service.

Son adversaire, Martha McSally, est la première femme de l’armée américaine à avoir jamais piloté un avion de chasse au combat.

Renforcer les frontières, lutter contre l’immigration: elle a soutenu pendant sa campagne les grandes lignes de la politique de Donald Trump dans son État bordant le Mexique. 

«Elle a fait un travail formidable», a salué le 45e président des États-Unis.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!