Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

L’explosion d’un véhicule piégé dans la ville de Gao, au Mali, a tué trois civils, lundi, et un groupe a soutenu que des soldats canadiens et d’autres membres de forces étrangères avaient été pris pour cible, selon les informations colligées auprès de plusieurs sites et organismes.

Les Forces armées canadiennes ont indiqué par courriel être au fait d’une «explosion dans la ville de Gao», ajoutant que tout le personnel canadien était sain et sauf sur le camp Castor.

Selon le ministère de la Sécurité et de la Protection civile du Mali, un véhicule 4×4 piégé a fait irruption «dans la cour d’une résidence au 8e quartier de Gao sur la route « Wabaria »».

«L’explosion de la charge contenue dans ledit véhicule a coûté la vie à trois civils, blessant deux autres, selon un bilan provisoire. La déflagration a également endommagé les habitations avoisinantes», indique le ministère sur son site Facebook.

SITE, un groupe américain qui surveille les sites internet jihadistes, affirme qu’une organisation se présentant comme la branche d’Al-Qaïda au Mali a revendiqué «une explosion suicide sur les quartiers généraux de forces étrangères, incluant des Britanniques, des Canadiens et des Allemands, à Gao».

Cette organisation est présentée sur une liste de l’ONU comme étant le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

Au Mali, le contingent canadien a pris le relais des Allemands et des Belges au début du mois de juillet, et sa principale tâche consiste à évacuer par hélicoptère les soldats de la paix blessés. Il comprend huit hélicoptères et 250 membres d’équipage et soldats.

Le Mali a été déchiré par des conflits depuis une rébellion dans le nord et un coup d’État dans la capitale en 2012. Le pays est depuis plongé dans la tourmente, aggravée ces dernières années par la pauvreté, la sécheresse et l’afflux de djihadistes islamistes.

Plusieurs dizaines de Casques bleus sont morts dans des attaques au Mali et des dizaines d’autres ont été blessés depuis la création de la mission des Nations unies en 2013.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!