AFP Des participantes au concours du pull le plus laid à Albi, en France

Pull pour cinq personnes à deux manches, peau de renarde sur pull tricoté il y a plus de 30 ans, le championnat du monde du «pull moche» (ugly sweater, en anglais) a couronné ce week-end l’excentricité à Albi (sud-ouest), pour sa deuxième édition.

Quelque 300 personnes ont participé à ce championnat, de tout âge et venant de toute la France. Le sud-ouest était la région la plus représentée.

Et ils se sont produits devant quelque 500 fêtards au parc des expositions d’Albi, dans une ambiance joyeuse et festive.

Le jury a consacré, dans la catégorie Groupe, les ZZZigautos venus en voisins de Gaillac. Cinq amis se définissant comme «une bande de copains à gags, toujours à la recherche d’originalités».

Ils ont obtenu le titre, grâce à leur pull pour cinq personnes avec seulement deux manches.

Dans la catégorie adulte solo, Pascal Marty, un Aveyronnais venu de Millau (sud), est champion du monde avec un pull associant une peau de renarde, capturée en 1946 par son grand-père, et un tricot de son grand-mère remontant à 1982.

«Voilà, ça y est, c’est fait, on l’espérait tous, les copains étaient là, on y croyait», a réagi le champion du monde auprès d’un correspondant de l’AFP.

«Mais il y avait de la concurrence. Donc il fallait se lever le matin, pour tricoter, coudre, et compagnie, et ça a payé», a-t-il raconté.

«Je suis ravi, on est tous ravis», a-t-il déclaré avant d’analyser: «Ce qui a fait la différence, je pense, c’est l’amalgame de matières peut-être un peu, mais j’aime à croire qu’il était moche et qu’il était presque…dégueulasse… Le jury l’a pris comme ça».

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!