Getty Images/iStockphoto

La présidente de l’Assemblée générale des Nations unies, l’Équatorienne Maria Fernanda Espinosa, a annoncé mardi sa volonté d’intensifier la lutte mondiale contre la pollution des plastiques qui contaminent les corps humains partout sur la planète.

«80% des plastiques finissent dans les océans. Soit entre 8 et 12 millions de tonnes» chaque année, a déclaré la présidente lors d’une conférence de presse tenue avec le premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, actif contre ce fléau.

«D’ici 2050, il y aura plus de plastique dans les mers que de poissons», a-t-elle mis en garde. «Des microplastiques sont désormais trouvés dans le sel et dans l’eau» et à cause de cela «chaque personne sur la planète est présumée avoir du plastique dans son corps», a précisé Maria Fernanda Espinosa.

L’intensification de la lutte mondiale vise à compléter des efforts déjà menés entre autres par les organismes ONU environnement, Global Citizen ou National Geographic, a-t-elle précisé.

En février, l’ONU Environnement avait donné le coup d’envoi d’une campagne mondiale, #OcéansPropres, visant à mettre fin aux déchets plastiques.

Lancée lors du Sommet mondial sur les océans organisé à Bali, la campagne #OcéansPropres appelle les gouvernements à adopter des politiques de réduction du plastique, interpelle les industries à minimiser les emballages plastiques et à repenser la conception des produits, et invite les consommateurs à changer leurs habitudes du tout jetable – avant que les océans ne soient endommagés de manière irréversible.

L’action de la présidente de l’Assemblée générale a pour objectif d’intensifier via les Nations unies la prise de conscience des dégâts causés par le plastique et à limiter son usage dans les agences onusiennes.

Dans le cadre d’une campagne d’information, elle se traduira aussi par plusieurs évènements, dont un, à New York au printemps pour saluer les initiatives individuelles ou collectives contre le plastique et une signature d’engagements en avril avec Antigua-et-Barbuda et la Norvège.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!