Matt Sayles / The Associated Press Stormy Daniels

Un juge de Los Angeles a ordonné mardi à Stormy Daniels de payer près de 300 000$ de frais d’avocats au président américain Donald Trump après le rejet d’une plainte en diffamation déposée par l’actrice de films pornographiques.

Stormy Daniels, de son vrai nom Stephanie Clifford, assure avoir eu une liaison avec Donald Trump entre 2006 et 2007.

Elle avait poursuivi le président après que celui-ci l’avait accusée sur Twitter d’avoir mis sur pied «une arnaque absolue», en faisant réaliser et diffuser le portrait-robot d’un homme dont elle affirme qu’il l’avait menacée, en 2011, de s’en prendre à sa fille si elle évoquait publiquement cette relation.

Mais le juge S. James Otero avait estimé en octobre que le président avait employé une formule «rhétorique» qui relevait de la liberté d’expression protégée par la Constitution.

L’actrice, au coeur d’une bataille médiatique et juridique contre le président des États-Unis depuis plusieurs mois, doit verser 292 000$ de remboursement de frais d’avocats, frais de justice et 1000$ pour procédure judiciaire abusive.

«C’est une victoire totale pour le président et une défaite totale pour Stormy Daniels dans cette affaire», s’est félicité dans un communiqué à l’AFP l’un des cinq avocats ayant plaidé pour M. Trump, Charles Harder, qui facture ses prestations 840$ de l’heure, selon le jugement.

L’avocat de Mme Clifford, Michael Avenatti, a assuré sur Twitter que sa cliente allait faire appel et ne verserait «pas un centime».

Dans une procédure distincte devant le même tribunal de Los Angeles, l’actrice de 39 ans conteste un accord de confidentialité qu’elle affirme avoir conclu avec M. Trump pour taire sa liaison en échange d’un versement de 130 000$, peu avant l’élection présidentielle de novembre 2016.

L’ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen, a reconnu devant la justice avoir versé cette somme à Stormy Daniels à la demande du président. Le magnat de l’immobilier a quant à lui affirmé que cette «transaction privée» était légale.

Il dément avoir eu une quelconque relation sexuelle avec l’actrice et a déposé une requête en annulation de cette plainte.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!