The Associated Press Le président iranien, Hassan Rohani

Occasion ou erreur historique? Le chercheur associé pour l’Asie et l’Asie du Sud-Est au Centre Woodrow Wilson, à Washington, Michael Kugelman analyse avec Métro l’importance de l’accord préliminaire sur le nucléaire signé entre Washington et Téhéran la semaine dernière.

Est-ce que l’entente de principe avec l’Iran est «l’occasion d’une vie»?
Il y a quelques années, une telle situation était inimaginable. Obama a eu raison de voir que les circonstances étaient favorables à la conclusion d’une entente. Il s’est aperçu que le gouvernement iranien était prêt à discuter et que les États-Unis avaient la capacité de donner suite à l’entente. Je ne dirais pas qu’il s’agit de «l’occasion d’une vie», mais c’est une occasion spéciale, dont il était intelligent de profiter.

Est-ce possible que le Congrès bloque l’entente?
Il est improbable que le Congrès fasse entrave. Il y aura assez de votes favorables pour permettre à l’entente d’être adoptée. Bien qu’il y ait beaucoup de personnes qui n’en veulent pas, l’appui massif de cette entente est là, donc elle devrait passer.

Quelles sont les critiques les plus récentes?
Le point central des critiques, c’est que l’Iran n’est pas un pays fiable. Les opposants disent que Téhéran voudra quand même acquérir l’arme nucléaire, et ce, malgré l’entente. Le deuxième élément de critique est que cet accord pourrait mettre en danger Israël, un allié clé des États-Unis. Si l’Iran continue de se préparer à acquérir l’arme nucléaire, cela pourrait rediriger la menace vers Israël et mettre ce pays en danger, croient les détracteurs de l’accord.

«La plupart des critiques [de l’accord] sont rhétoriques et partisanes.» – Michael Kugelman, chercheur associé pour l’Asie et l’Asie du Sud-Est au Centre Woodrow Wilson, à Washington

Que nous réserve l’avenir?
Les trois prochains mois seront cruciaux. C’est une période au cours de laquelle les négociateurs essaieront de parvenir à une entente finale. Je crois que rien n’entreverra la voie à l’adoption d’un accord définitif. Certes, il y aura des factions qui continueront à résister, mais je pense que tout devrait se résoudre.

Il faudra toutefois faire attention pour ne pas surestimer les avantages qui résulteront de l’accord. Il est tentant de croire que l’entente changera complètement la donne – ce qui est vrai pour les relations internationales. Toutefois, il faut garder en tête que cela prendra du temps avant d’en voir les effets. Le 30 juin, lorsque les sanctions contre l’Iran seront levées, peut-être que l’économie sera relancée et que les échanges énergétiques s’intensifieront, mais il ne faut pas s’attendre à ce que l’Iran et les États-Unis deviennent les meilleurs amis du monde. Même s’il y a une entente, il y aura encore beaucoup de discussions entre eux.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!