Shaun Botterill/Getty Jack Warner a quitté ses fonctions au sein de la FIFA en 2011, alors qu’un fort soupçon de corruption pesait sur lui. Il a par la suite poursuivi une carrière politique à Trinité-et-Tobago, occupant même différents ministères au sein du gouvernement, qu’il a dû quitter en raison de son intégrité douteuse.

Jack Warner, l’ancien vice-président de la FIFA soupçonné d’être au cœur d’un vaste système de corruption impliquant l’organisation, aurait détourné 750 000$US destinés aux victimes du séisme qui a ravagé Haïti en 2010, selon le département américain de la justice.

Cette somme provenait de dons faits par la FIFA et par l’Association coréenne de soccer. Destiné à un fonds d’urgence créé pour aider les centaines de milliers de victimes du tremblement de terre, l’argent aurait plutôt été détourné vers un compte bancaire dont Jack Warner était le responsable.

Selon des documents du département américain de la justice consultés par la BBC, les 750 000$US auraient été détournés «à la demande» de M. Warner, «pour son usage personnel».

L’ancien vice-président de la FIFA et ancien président de la CONCACAF a été arrêté le mois dernier à la demande des autorités américaines. Il risque maintenant d’être extradé aux États-Unis pour faire face à des accusations de corruption et de blanchiment d’argent.

«Je dispose de toute une série de documents, notamment des chèques et des déclarations.» – Jack Warner, ancien vice-président de la FIFA accusé de corruption et de blanchiment d’argent, qui a répondu hier au nouveau scandale qui l’éclabousse,
en déclarant qu’il dirait «tout ce qu’il sait» aux autorités qui enquêtent sur la FIFA.

En 2012, a rappelé le journal britannique The Guardian hier, l’Association de football de Trinité-et-Tobago (TTFF) – île d’où est originaire Jack Warner – avait déjà indiqué que l’argent destiné à Haïti avait été déposé dans un compte bancaire qui était sous l’unique contrôle de M. Warner.

À l’époque, ce dernier avait esquivé ces accusations, dénonçant un «complot» dirigé contre lui.

«Je n’ai rien à me reprocher», avait-il alors lancé. Il a persisté à nier toute implication dans le scandale qui éclabousse la FIFA depuis plusieurs semaines. M. Warner est également accusé d’avoir encaissé un pot-de-vin de 10M$ en guise de remerciement pour son appui à la candidature de l’Afrique du Sud, qui fut le pays hôte de la Coupe du monde en 2010.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!