MONTRÉAL – Des Québécois pressent les Grecs de dire NON au plan de sauvetage économique proposé par l’Union européenne.

Un rassemblement de solidarité avec le peuple grec, appuyé notamment par Québec solidaire et les centrales syndicales FTQ et CSN, s’est tenu samedi face au consulat grec, à Montréal.

Les Grecs doivent décider dimanche par référendum s’ils acceptent ou non le plan de sauvetage économique.

A l’instar du premier ministre du pays, Alexis Tsipras, le député Amir Khadir, de Québec solidaire, souhaite que les Grecs rejettent ce plan qu’il qualifie d’inacceptable.

M. Khadir estime qu’il y a d’autres façons de sortir la Grèce de la crise, imputable, selon lui, aux politiques d’austérité imposées par les élites politico-financières de l’Europe.

Faisant allusion au Québec, le député croit que ces mesures d’austérité ne mènent à rien et ne font que causer d’autres problèmes.

Amir Khadir affirme que la proposition des dirigeants européens est «idéologique». Selon lui, ils ne veulent pas «que d’autres peuples apprennent de la Grèce et exerçent leur souveraineté en décidant eux-mêmes de leurs orientations économiques, au lieu de laisser la voie libre aux financiers et aux banquiers, campés à droite».

M. Khadir soutient que la Grèce ne doit pas céder aux pressions du milieu financier «qui tente de lui faire peur». Selon lui, la relance économique de la Grèce doit notamment se faire par la création d’emploi.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!