Les vignerons bourguignons attendaient l’accord depuis plusieurs années. Leur terroir atypique, désigné par « les climats », ont été classés au patrimoine mondial de l’Unesco le 4 juillet. En quoi cette nouvelle est-elle si importante? Pourquoi le vignoble de la Bourgogne est-il différent des autres? Éléments de réponse.

Les vignerons, mais aussi les maires des villes de Dijon et de Beaune, travaillent à pied d’oeuvre depuis novembre 2006 pour que l’Unesco reconnaisse le caractère unique de leur terroir. Ils ont dû passer successivement les six étapes de l’inscription jusqu’à ce jour de juillet où le projet est devenu une réalité.

Concrètement, ce sont près de 60 km qui s’étirent depuis Dijon jusqu’aux alentours de la ville de Chassagne-Montrachet, célèbre pour ses vins de prestige, et la ville de Santenay qui ont été reconnus par l’Unesco. Plus précisément, ce sont « les climats » qui ont été distingués par l’organisation mondiale.

Les Climats, kezako?
Romanée-Conti, Clos de Vougeot, Chassagne-Montrachet, Musigny, Chambertin… Ces appellations prestigieuses sont plutôt bien identifiées par les amateurs. Toutefois, les vignerons faisant en effet le choix de préciser le lieu-dit de leur production, quel débutant n’est jamais resté perplexe face aux mentions complémentaires sur une bouteille bourguignonne?

En effet, le vignoble bourguignon référence 1247 climats, qui distinguent son terroir. Le terme « climat » est officiel depuis 1935. Au fil de ses 2000 ans de construction, il a acquis des spécificités sur chacune des parcelles qui le constitue. La terre est différente, la météorologie aussi. Altitude, relief, exposition, végétation, nature des sous-sols… Un ensemble de facteurs, que doit prendre en compte chaque vigneron, crée une mosaïque de terroirs différents. La spécificité de chacune de ces terres délimitées naît aussi des choix de viticulture du producteur. Et c’est la raison pour laquelle un vin peut présenter une trame aromatique totalement différente d’un autre produit à quelques kilomètres seulement.

Les climats sont également définis par l’Histoire et le patrimoine de chacune des parcelles. Églises romanes, châteaux, abbayes se succèdent tout au long de la route en Bourgogne. La ville de Beaune et ses célébrissimes Hospices sont de parfaits exemples du poids du passé dans la distinction des climats. Voilà ce que viennent chercher des milliers de touristes oenophiles chaque année en terre bourguignonne.

En inscrivant les climats bourguignons au patrimoine mondial, l’Unesco a accepté de préserver un modèle de terroir. Cette reconnaissance « garantit la conservation et la transmission du site pour les générations futures », commente l’Association des Climats de Bourgogne.

La construction de la Cité des Vins de Bourgogne à Beaune, qui doit voir le jour en 2018, est une autre étape qui permettra au public de mieux comprendre les spécificités des nectars bourguignons.

Les habitants de la Bourgogne célèbreront ce moment historique le 9 juillet. Un repas champêtre et festif, traditionnellement mené à la fin des vendanges que l’on appelle « Paulée des climats », sera orchestré au Château de Meursault. Un feu d’artifices sera également tiré.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!