Jacques Boissinot Rob Nicholson, Zainab Hawa Bangura. Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC – De hauts responsables d’une vingtaine de pays vont se réunir à Québec jeudi pour faire le point sur les efforts déployés jusqu’ici dans la lutte contre le groupe État islamique (EI).

La coalition internationale engagée dans la lutte contre l’EI vient de rehausser son profil avec l’implication de la Turquie, un acteur militaire majeur, qui a autorisé la semaine dernière les premiers bombardements contre des positions occupées par les djihadistes en Syrie. Ankara a ouvert ses portes en permettant à ses alliés d’utiliser sa base aérienne d’Incirlik.

En présence du ministre des Affaires étrangères du Canada, Rob Nicholson, arrivé mercredi à Québec, la rencontre coprésidée par le Canada, les États-Unis et l’Irak se tiendra à huis clos au Château Frontenac. Des représentants de l’Union européenne et des Nations unies sont aussi attendus.

Bien peu d’informations circulent au sujet de l’ordre du jour de la rencontre mais des sources citées par des médias rapportent que les implications tant militaires que politiques de la campagne contre les extrémistes de l’EI seront au coeur des discussions.

De même, les frappes aériennes menées jusqu’à maintenant par le Canada et les États-Unis en Syrie et Irak figurent aussi à l’agenda du sommet. Ces frappes sont critiquées par des puissances occidentales et des analystes internationaux qui les jugent insuffisantes pour contenir l’EI et la menace islamiste terroriste.

Les participants doivent également se pencher sur la hauteur des efforts investis par le gouvernement irakien pour combattre le groupe islamiste qui occupe le tiers du territoire du pays.

Nommé par le président des États-Unis, Barack Obama, pour former la coalition internationale en 2014, le général à la retraite John Allen est attendu pour prendre part aux discussions.

Une quarantaine de pays participent à la coalition internationale contre le groupe armé État islamique, dont le Canada, les États-Unis, l’Allemagne, la France, l’Italie et plusieurs pays arabes.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!