Fooding

Mardi soir, cafetiers et restaurateurs invitent les Parisiens qui le souhaitent ou le peuvent à investir les lieux de sortie, dans le cadre de l’opération Tous au bistrot. Une manière de rendre hommage, et soutenir les commerçants touchés après les attentats de Paris.

Aller au bistrot. Sortir. Pour faire vivre Paris. Pour résister. Lever le coude devient un acte citoyen. Après les attentats de vendredi, des mots d’ordre commencent à tourner depuis dimanche sur les réseaux sociaux: #tousaubistrot #jesuisenterrasse. Et ces appels à l’esprit bien français sont abondamment partagés.

L’idée derrière tout ça? Pas bien compliquée: tous les Français qui le peuvent et le souhaitent, sont invités à investir restaurants, bistrots, bars, cafés et brasseries du coin, ce mardi soir à partir de 19h. L’initiative, spontanée, a été lancée par des restaurateurs, brasseurs et cafetiers français anonymes. Elle a été relayée par le Synhorcat et le Fooding, notamment sur les réseaux sociaux via le mot-clic #tousaubistrot. Un autre mot-clic, #tousenterrasse, rassemble d’autres résistants. Les appels visent à rendre hommage aux victimes des attentats, mais aussi «que ce qui fait Paris, la France, ne soit pas à son tour trahi par nos peurs», indique le Fooding dans un communiqué.

«Nos modes de vie qui ont été visés»
Car vendredi, les attaques meurtrières ont visé lieux culturels et clients, pour certaines attablés à la terrasse de cafés et restaurants parisiens. «Ce sont nos modes de vie qui ont été visés, l’identité de notre pays et de notre culture, le bonheur du vivre ensemble. Nous sommes tous déterminés à ne rien concéder, à ne rien changer à nos habitudes et à continuer de vivre librement», explique de son côté le Synhorcat, syndicat regroupant les restaurants et hôtels. «Qu’ils soient ainsi tous convaincus que nos coeurs pleurent nos morts mais que nous n’accepterons jamais le joug de leur barbarie.» Dans les lieux qui le souhaitent ce mardi soir, une minute de silence sera observée à 21 heures.

Mais «Tousaubistrot» vise aussi à soutenir les professionnels de la restauration et du divertissement. Ceux-ci ont en effet été directement touchés, sous un aspect bien plus pragmatique: les clients ont peur, les réservations ont chuté ce week-end. Samedi matin et dimanche, cafés et bars étaient déserts. «Ce week-end, les restaurants ont perdu 80% de leur chiffre d’affaires», explique Didier Chenet, président du Syndicat des hôteliers et restaurateurs sur France bleu mardi matin. D’après ses chiffres, l’hôtellerie voit 40 à 60% de ses réservations s’annuler pour cette semaine. Quant aux traiteurs, ils accusent une baisse de 60% des réceptions prévues cette semaine.

L’appel à mobilisation sera-t-il suivi mardi soir? En attendant d’être fixés, le mot d’ordre plaît beaucoup sur les réseaux sociaux. Et c’est une première victoire.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!